Les maladies de la dépendance: troubles relatives à l'alcool

WHEC Bulletin de pratique et de directives cliniques de gestion pour les fournisseurs de soins de santé. La concession éducative a fourni par Women's Health and Education Center (WHEC).

Altérant l'esprit toutes les substances produisent quatre types principaux de troubles: Dépendance à une substance, abus, Intoxication, et du retrait. L'étiologie et la physiopathologie des conduites addictives a été quelque peu un mystère pour le médecin de soins primaires. En tant que tel, les patients avec problèmes de toxicomanie sont un groupe particulièrement difficile à traiter d'une manière cohérente et globale. Les voies communes dans les circuits de récompense qui affectent la mémoire et l'apprentissage, la motivation, de contrôle et de prise de décision sont également impliqués dans le processus de dépendance. Avec la compréhension plus globale de la dépendance viennent plus des stratégies de traitement, telles que la méditation de pleine conscience et de la formation, les interventions psychosociales et des approches pharmacologiques. Fait intéressant, notre compréhension croissante de la toxicomanie comme une maladie n'a pas diminué la valeur de l'approche axée spirituellement, par exemple en 12 étapes axées sur les traitements par les Alcooliques Anonymes (AA).

Le but de ce document est de donner un aperçu global des troubles liés à l'alcool. On espère à travers ces publications; le cycle de la dépendance peut être mieux compris et gérés. Les citoyens de ce siècle ont une variété sans cesse croissant de substances psychotropes à utiliser, mais faisant encore conduit à une sorte de base de quelques problèmes avec le comportement, la cognition et les symptômes physiologiques. Ces comportements et les abus d'alcool sont abordés dans ce chapitre.

Introduction:

Toutes les drogues d'abus affecter les voies de récompense du cerveau. Les effets de l'alcool semblent être liées à des interactions complexes multiples avec la dopamine, l'acide gamma-aminobutyrique (GABA), la sérotonine, opiacés, et de N-méthyl D-aspartate (NMDA) les systèmes de neurotransmetteurs. De nouvelles données suggèrent que l'effet de renforcement de l'alcool est en partie médiée par les récepteurs nicotiniques dans l'aire tegmentale ventrale, ce qui, combiné avec de la nicotine mai être un facteur dans la forte incidence du tabagisme chez ceux qui sont dépendants de l'alcool. L'alcool, la nourriture et l'abus des drogues ont des effets similaires sur les récepteurs dopaminergiques. Il existe plusieurs théories de la dépendance, dont l'une est que le risque de dépendance est héréditaire et influencée par des altérations dans les produits chimiques libérés récompenser par dose. Substances d'abus sont souvent mis en catégories basées sur leurs effets. L'alcool a des effets similaires aux autres dépresseurs.

Jusqu'à 90% des adultes aux Etats-Unis ont eu une certaine expérience avec l'alcool. Environ la moitié (50,9%) de tous les Américains âgés de plus de 12 ans ont déclaré être des consommateurs actuels d'alcool dans l'Enquête nationale 2006 sur les drogues et la santé. Cela se traduit par un 121 millions de personnes. Plus d'un cinquième (23%) des Américains ont participé à consommation excessive d'alcool au moins une fois dans les 30 jours précédant l'enquête (1). Cela représente environ 45% de tous les consommateurs actuels. Consommation abusive d'alcool a été rapportée par 6,9% de la population de 12 ans et plus (17 millions de personnes). Ces estimations pour 2006 sont très semblables à celui de 2002 et 2003 estimations. Environ 40% des personnes qui boivent ont connu un problème d'alcool. Entre 3% et 8% des femmes et 10% à 15% des hommes seront dépendants de l'alcool à un moment donné dans leur vie. La recherche suggère que certains comportements violents mai être évités. Les résultats d'une étude suggèrent qu'une augmentation de 10% de la taxe sur la bière pourrait réduire assassiner de 0,3%, le viol de 1,32%, et le vol de 0,9%. il est rapporté des estimations des pourcentages de délinquants violents qui ont bu lorsque le délit a été commis comme suit: jusqu'à 86% des personnes de commettre un homicide, 60% des délinquants sexuels, près de 60% des hommes et plus de 25% des femmes impliquées dans violence domestique, 37% de ceux qui commettent des agressions, et 13% des agresseurs d'enfants (4) (5).

Les coûts de l'abus d'alcool et dépendance:

Le National Institute on Drug Abuse (NIDA) et le National Institute on Alcohol Abuse and Alcoholism (NIAAA) a estimé que le coût économique de l'alcool et la toxicomanie était de 246 milliards de dollars en 1992. Cette estimation représente 965 $ pour chaque homme, femme et enfant vivant au États-Unis en 1992. L'abus d'alcool et la dépendance à l'alcool a généré environ 60% de l'estimation des coûts (148 milliards de dollars) en 1992, alors que la toxicomanie et de dépendance ont représenté les 40% restants (98 milliards de dollars). Le coût estimatif de l'abus de l'alcool pour la seule année 1998 a 184,6 millions de dollars. Deux tiers des coûts de l'abus d'alcool sont liées à la perte de productivité, soit en raison de maladies liées à l'alcool (47,5%) ou de décès prématuré (19,8%). La plupart des coûts restants de l'abus d'alcool ont été sous la forme de dépenses de santé pour traiter les troubles liés à l'alcool et les conséquences médicales de la consommation d'alcool (14,2%), les biens et les frais administratifs liés à l'alcool collisions de véhicules automobiles (8,5%), et divers Surcoûts liés à la criminalité liée à l'alcool (8,9%). Dépendance à l'alcool réduit généralement la durée de vie, pour 15 ans (2). Environ 45% des coûts de l'abus d'alcool sont supportés par ceux qui abusent de l'alcool et les membres de leur ménage, 38% par l'Etat fédéral et les gouvernements locaux, 10% par l'assurance privée, et 6% des victimes d'abuseurs d'alcool. Lorsque les coûts directs et indirects sont inclus, le coût annuel estimé de problèmes liés à l'alcool mai un haut que 300 milliards de dollars.

Définitions:

Tolérance: Soit un besoin de quantités notablement plus fortes de la substance pour obtenir une intoxication ou l'effet désiré, ou un effet notablement diminué en cas d'utilisation continue de la même quantité de la substance.

Retrait: Soit que le syndrome de sevrage caractéristique de la substance, ou le même (ou une substance très proche) est prise pour soulager ou éviter les symptômes de sevrage.

Un verre standard: Un coup d'alcool, un verre de vin ou une canette de bière (1,5 onces de 80-preuve spiritueux, 5 onces de vin de table, ou 12 onces de bière).

Intoxication alcoolique: comportements inadaptés ou des changements psychologiques (par exemple, inapproprié sexuel ou agressif, changements d'humeur, une altération du jugement ainsi que l'altération ou le comportement social de travail) qui résultent de la consommation récente d'alcool. Les changements incluent troubles de l'élocution, perte de coordination, instables marchant ou en courant, dépréciation d'attention ou de mémoire, un nystagmus, stupeur ou coma (3).

Sevrage alcoolique: La présence de certains symptômes après l'arrêt ou réduction de l'utilisation massive et prolongée d'alcool. Les symptômes de sevrage de l'alcool mai développer au sein de quelques heures à quelques jours après l'arrêt ou réduction de la consommation et les symptômes causent une détresse importante physique et affectif dans le travail social, ou d'autres domaines importants de fonctionnement. Les symptômes comprennent une augmentation du tremblement des mains, des sueurs, accélération du pouls, nausées, vomissements, insomnie, hallucinations temporaires ou des illusions, l'anxiété, agitation psychomotrice, et crises de grand mal. Moins de 5% des personnes qui développent une expérience de sevrage alcoolique des symptômes graves comme des convulsions et la mort.

Le taux d'alcoolémie (TA): le pourcentage d'alcool présent dans le sang. Le BAC est habituellement ce qui est mesuré par des officiers de police pour déterminer l'intoxication juridique. Il peut être mesuré directement à partir d'un échantillon de sang ou un échantillon d'haleine recueillis par un "ivressomètre."

Consommation excessive d'alcool: La consommation de cinq verres ou plus à la même occasion.

Moderate Drinking: Pas plus d'un verre par jour pour les femmes et pas plus de deux verres par jour pour les hommes.

Alcool et génétique:

La recherche a montré que les facteurs génétiques jouent un rôle important de savoir si une personne devient un alcoolique, comptant pour 40% à 60% du risque (4). En fait, la transmission familiale de la dépendance à l'alcool a été bien établi. Les personnes qui ont des parents alcooliques courent un risque trois à cinq fois plus élevé de développer la dépendance d'alcool que la population générale. La présence de dépendance à l'alcool dans l'un ou leurs deux parents biologiques est plus important que la présence de dépendance à l'alcool dans un ou deux parents adoptifs. Le risque génétique de la dépendance à l'alcool augmente avec le nombre de parents alcooliques et à l'étroitesse de la relation génétique. Toutefois, la plupart des enfants d'alcooliques ne deviennent pas des alcooliques eux-mêmes, et certains enfants issus de familles où l'alcool n'est pas un problème de développer une dépendance de l'alcool quand elles vieillissent. Dépendance à l'alcool est perçu chez les jumeaux de parents alcooliques, même quand ils sont élevés dans des environnements où il ya peu ou pas d'alcool. Les jumeaux identiques adoptés dans un ménage dont le beau-père alcoolique ne montrent pas plus de dépendance de l'alcool que la population générale. Les enfants avec des proches parents biologiques qui sont alcooliques, qui sont adoptés dans une boisson jamais, même religieusement opposition de la famille, peuvent facilement développer des problèmes d'alcool.

Tel que mentionné précédemment, les facteurs génétiques seraient en cause pour 40% à 60% du risque de développer une dépendance à l'alcool. Les études animales ont montré que les facteurs génétiques mai être responsable de récompense du cerveau améliorée produite par l'alcool, la diminution de valeur initiale, ou même modifié le métabolisme de l'alcool. Les facteurs génétiques semblent influencer le niveau de réponse (LR) à l'alcool, telle que mesurée par l'intensité avec laquelle on réagit à une quantité donnée. Le niveau de réponse à l'alcool varie d'un individu à l'autre en fonction de la tolérance. Low LR à un âge précoce contribue au risque de dépendance à l'alcool tard dans leur vie (4). Les différences génétiques dans les processus métaboliques ou autres agents biologiques mai jouer un rôle dans le développement de la dépendance à l'alcool chez des individus spécifiques. Les études utilisant une auto-évaluation à grande échelle ont montré des résultats cohérents dans les fils de pères alcooliques score inférieur à eux-mêmes fils de pères non-alcoolisées sur les sentiments de l'ivresse, le vertige, l'effet de drogues, et de somnolence après consommation d'alcool. Ceci suggère que les fils de pères alcooliques ont une réaction moins intense à l'alcool que les fils de pères alcooliques. Faible réaction à l'alcool suggère la tolérance, un indicateur de la tendance à la dépendance. Sensibilité élevée d'alcool chez les hommes est associée à un risque diminué de façon considérable de la dépendance alcoolique. Comprendre les réactions à l'alcool a pu établir une meilleure compréhension du risque futur de développer une dépendance d'alcool dans ces hommes.

Des études ont trouvé des résultats similaires de tolérance plus élevée pour l'alcool chez les filles d'alcooliques. Une étude a examiné les habitudes de consommation de 38 filles d'alcooliques par rapport à 75 ans d'histoire familiale positive les hommes de la même famille et 68 hommes sans antécédents familiaux de dépendance à l'alcool (5). Histoire familiale des hommes et des femmes à la fois positifs affichés faible réaction à l'alcool. Cela indique que le degré d'influence des gènes sur le comportement lié à l'alcool est similaire pour les hommes et les femmes ayant des antécédents familiaux de dépendance à l'alcool. Dans une étude de la progéniture des adolescents et des jeunes adultes issus de familles où la dépendance de l'alcool est très répandue, les chercheurs ont trouvé les deux neurophysiologiques et neuroanatomiques différences, telles que le volume réduit amygdale droite, lorsque l'on compare ces nouveau-nés à des contrôles. Indiens d'Amérique ont un faible niveau de réponse et une augmentation du risque de dépendance à l'alcool. Les enzymes de métabolisation de l'alcool sont une autre influence génétique importante, en particulier pour les personnes d'décent en Asie. Environ 50% des personnes japonais, chinois et coréen chasse d'eau et avoir une réponse plus intense à l'alcool parce qu'ils ont une forme de l'alcool déshydrogénase (ADH) qui entraîne des niveaux élevés d'acétaldéhyde. Formulaires de l'ADH et dehydronase aldéhyde (ALDH) (par exemple, homozygote ou hétérozygote) contribuent à un taux plus élevé de métabolisme de l'alcool, d'intensifier la riposte à l'alcool, et de réduire le risque de dépendance à l'alcool. Des niveaux élevés d'impulsivité / sensations recherchant / désinhibition sont également influencées par la génétique et mai impact risque dépendance à l'alcool.

Syndrome d'alcoolisation fœtale (SAF): Reconnaissance et prévention

Facteurs de risque connus pour Alcohol Dependence:

Un examen de quelques-uns des résultats de la recherche sur les facteurs de risque génétiques et psychosociaux mai fournir une meilleure compréhension des facteurs conduisant à la dépendance à l'alcool (6).

Tempérament: sautes d'humeur, la négativité, et le comportement provocateur mai conduire à un enfant d'être critiqué par les enseignants et les parents. Ces parents-enfant tendues mai augmenter les chances qu'un enfant boire.

Hyperactivité: L'hyperactivité de l'enfance est un facteur de risque pour le développement de la dépendance à l'alcool des adultes. Les enfants ayant un trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH) et les troubles de conduite ont un risque accru de développer un trouble de consommation d'alcool. Agressivité chez les enfants a également mai prédire l'abus d'alcool des adultes.

Parents: le plus fascinant et le plus important corpus de recherches montre les parents à être le facteur le plus important dans la décision d'un adolescent à boire.

Sexe: Chez les adultes, l'utilisation excessive d'alcool est presque trois fois plus fréquente chez les hommes que les femmes et également plus fréquente chez les garçons à l'école intermédiaire ou élevé que chez les femelles. Hommes ayant un TDAH et / ou des troubles de comportement sont plus susceptibles de consommer de l'alcool que les hommes sans que ces troubles, tandis que les femmes qui souffrent plus de dépression, l'anxiété et l'évitement social que les enfants sont plus susceptibles de commencer à utiliser l'alcool comme les adolescents que chez les femmes qui n'éprouvent pas ces Négatif Etats.

Autres troubles psychiatriques: trouble bipolaire, la schizophrénie, le trouble de personnalité antisociale, et le trouble panique tous augmentent également le risque d'un trouble futur consommation d'alcool. Abus et des conditions défavorables dans la maison: l'abus de l'enfance est un facteur de risque significatif pour l'alcool plus tard et la toxicomanie. Les femmes qui ont été victimes de violence physique sont de 1,5 à 2 fois plus susceptibles d'abuser de l'alcool que les non-victimes de violence des adultes. Enfants issus de foyers surpeuplés, bruyants et désordonnée, sans règles ou la religion sont plus susceptibles d'abuser de l'alcool comme les adolescents. Les enfants qui sont prompts à la colère, qui se perçoivent comme très stressés, mécontents des absences des parents, ou qui ont des conflits répétés à la maison sont plus susceptibles d'abuser de l'alcool comme les adolescents.

Elevated Résultats de laboratoire:

La plupart des résultats de laboratoire courantes sont élevées - glutamique oxaloacétique transaminases sériques (ALAT), l'acide lactique déshydrogénase (LDH); cholestérol; gamma glutamyl transférase (GGT), le volume globulaire moyen (VGM), phosphatases alcalines, triglycérides; concentration d'alcool dans le sang, sérum de transfert; et de l'acide urique.

Alcohol and Liver Disease:

Le foie est un organe particulièrement vulnérables à la consommation d'alcool, en grande partie parce que c'est là où l'alcool est métabolisé avant l'élimination de l'organisme. Aussi peu que six verres par jour pour les hommes ont été trouvés d'être associé à des lésions hépatiques. La manifestation la plus fréquente chez les alcooliques est appelé «foie gras». Chez les grands buveurs, l'incidence de foie gras est presque universelle. Pour certains alcooliques, un foie gras mai précéder l'apparition de la cirrhose alcoolique. Dépôts gras ont été associés avec des hommes qui ont six verres ou plus par jour et les femmes qui n'ont qu'un ou deux consommations par jour. Hépatite alcoolique est une affection qui, quand grave, est caractérisée par la jaunisse, la fièvre, l'anorexie et supérieur droit douleur du quadrant. Entre 10% et 35% des gros buveurs (ceux consommation de cinq ou six verres standard par jour ou plus) développent une hépatite alcoolique, et 10% à 20% développent une cirrhose (7). Plus de 60% des personnes qui développent à la fois l'hépatite et la cirrhose alcoolique va mourir dans les quatre ans. Boire 12 bières par jour pendant 20 ans a été associée à une incidence de 50% de la cirrhose. On ne sait pas quels individus développent une cirrhose. Des études ont montré que les femmes développeront une maladie hépatique plus rapide et à des niveaux inférieurs de la consommation d'alcool que les hommes. Les femmes ont également une incidence plus élevée de l'hépatite alcoolique et du taux de mortalité par cirrhose.

L'alcool et les maladies cardiovasculaires:

L'alcool peut avoir un effet néfaste sur le cœur, y compris une diminution de la contractilité du myocarde, hypertension, arythmie auriculaire et ventriculaire, et non secondaire cardiomyopathie dilatée ischémique. Une complication fréquente de l'alcoolisme est le pouls et la pression artérielle élevée, souvent dans la gamme de l'hypertension. Les jeunes alcooliques et les personnes sans hypertension pré-existante sont moins susceptibles d'avoir une élévation que ceux qui sont plus âgés et prédisposés à certains hypertension. Quand arrête de boire, la pression artérielle revient souvent à la normale sur une période de quelques jours. Une étude a montré que les personnes qui ont eu six verres ou plus par jour étaient deux fois plus susceptibles de souffrir d'hypertension que les buveurs modérés (deux ou moins de boissons alcoolisées par jour) ou non-buveurs (8). L'augmentation des concentrations sériques de GGT mai être un indicateur de la prédisposition d'un individu à l'effet hypertenseur de l'alcool. En dehors de l'hypertension, l'abus d'alcool chronique peut nuire au coeur principalement par toxicité directe sur le muscle strié, conduisant à une forme de cardiomyopathie. Cardiomyopathie alcoolique est probablement plus fréquente qu'on ne le pense actuellement en raison du sous diagnostic de dépendance à l'alcool en général. L'association entre la consommation excessive d'alcool et de troubles du rythme, tachycardies supra-ventriculaires en particulier chez les personnes apparemment en bonne santé, est appelé «syndrome de coeur de vacances». Ce syndrome a été décrit chez les personnes ayant une consommation excessive d'alcool, qui a généralement présenté le week-end ou après les vacances, mais elle mai également se produire chez les patients qui boivent habituellement de l'alcool ou très peu. Le plus courant des troubles du rythme que la fibrillation auriculaire, qui convertit généralement à un rythme sinusal normal dans les 24 heures. L'incidence du syndrome du coeur de vacances dépend des habitudes de consommation de la population étudiée. Holiday heart syndrome devrait être considéré comme un diagnostic particulièrement chez les patients sans maladie cardiaque manifeste présentant une fibrillation auriculaire. Bien que des récidives surviennent, l'évolution clinique est bénigne et spécifique traitement antiarythmique n'est généralement pas justifiée.

Carence en vitamine, alcool et maladies cardiovasculaires:

Les taux plasmatiques anormalement élevés de l'homocystéine en acides aminés ont été montrées dans des études visant à accroître le risque de maladies cardiaques et les autres vasculaire. Même de légères augmentations de l'homocystéine semblent accroître le risque de maladie cardiaque. Les vitamines comme l'acide folique, B12 et B6 sont nécessaires à l'élimination d'homocystéine dans les cellules. Plus la concentration de ces derniers et d'autres vitamines, plus la concentration de homocysteines (9). Un certain nombre de problèmes nutritionnels ont été signalés chez des personnes ayant une dépendance alcoolique. Malnutris souffrant de maladies alcooliques du foie, ont été déclarés en B6 et en acide folique. En outre, les niveaux d'homocystéine en moyenne deux fois plus élevés chez les alcooliques chroniques comparativement aux témoins sans boire. Ainsi, l'homocystéine mai contribuent aux complications cardio-vasculaires rencontrées par beaucoup d'alcooliques chroniques. Abaissement homocystéine avec la supplémentation en vitamine B mai réduire le risque cardiovasculaire (8). Des recherches complémentaires sont nécessaires pour déterminer si adhérer à un programme de traitement ou de l'abstinence annule le risque de maladies cardio-vasculaires, et si les folates et les vitamines B12 et B6 devraient être considérés comme des suppléments nutritionnels appropriés pour les patients ayant une dépendance alcoolique.

Alcool et cancer:

Consommation abusive d'alcool augmente le risque de cancer des voies digestives et respiratoires supérieures. Près de 50% des cancers de la bouche, du pharynx et du larynx et environ 75% des cancers de l'oesophage aux Etats-Unis sont associés à des chroniques, la consommation excessive d'alcool. Lorsque la consommation d'alcool est associée à l'usage du tabac, le risque de cancer de l'oesophage augmente sensiblement, autant que 130 fois plus dans une étude. L'alcool augmente la production d'estradiol, et un niveau accru de l'estradiol ont été liés à un risque accru de cancer du sein chez les femmes qui boivent.

Alcool et troubles gastro-intestinaux:

L'alcool provoque une irritation et une inflammation de la muqueuse du tractus gastro-intestinal et influe sur la motilité de l'œsophage, l'estomac et l'intestin grêle. Frank ulcération mai se produire avec une consommation chronique excessive d'alcool. Ce problème bien connu liés à l'alcool "brûlures d'estomac» est due au reflux gastro-œsophagien avec œsophagite qui survient généralement à une irritation et une inflammation de la jonction gastro-oesophagien. Vomissements sévères de la gastrite de l'alcool mai résultat en larmes la muqueuse à la jonction gastro-oesophagien, d'où Frank, douleurs habituellement transitoire dans le tractus gastro-intestinal supérieur. À court terme et à long terme de l'ingestion d'alcool sont associés à une gastrite, gastrite érosive, l'ulcération gastrique, gastrite atrophique, et d'une hémorragie gastrique. En outre, duodénite et ulcérations duodénale sont une conséquence directe de l'irritation chronique excessive d'alcool et l'inflammation. Les patients qui ont subi un pontage gastrique de l'obésité sont plus élevés couper le souffle, le taux d'alcool après avoir bu la même quantité que les autres. Les résultats d'une étude à petite échelle suggèrent que cela prend beaucoup plus de temps pour leur taux de retour à zéro.

L'alcool et la pancréatite chronique:

La consommation d'alcool est la principale cause de la pancréatite chronique, ce qui représente environ 70% des cas aux États-Unis, mais moins de 10% des buveurs d'alcool excessive de développer la maladie. Bien qu'il existe de nombreuses théories concernant la physiopathologie de la pancréatite chronique, le plus répandu de l'alcool induit une pancréatite chronique implique l'effet des métabolites toxiques sur le pancréas. Cette théorie suggère que l'inflammation et des modifications fibreuses dans le pancréas sont le résultat direct de l'activation des enzymes prématuré dû à l'effet de l'éthanol sur l'appareil de Golgi. Une autre théorie suggère que les résultats de l'hypoxie pancréatique de diminution du flux sanguin vers le pancréas. Induite par l'alcool blessures acineuses mai réduire le flux des capillaires et provoquer un œdème et la compression capillaire. Alcooliques mai développer un diabète sucré ou une hyperglycémie à la suite d'une pancréatite chronique, quand les îlots de Langerhans du pancréas sont finalement détruites.

L'alcool et du poids corporel:

Bien que l'alcool a une valeur calorique relativement élevée, de 7,1 calories par gramme (1 gramme de gras contient 9 calories), la consommation d'alcool ne se traduisent généralement par l'excès pondéral. Doses modérées d'alcool ajouté à l'alimentation des hommes maigres et les femmes ne semblent pas mener à un gain de poids. Cependant, les patients obèses dans certaines études ont pris du poids lorsque l'alcool est ajouté à leur régime alimentaire. Une analyse des données recueillies auprès de la First National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES I) a constaté que, bien que les buveurs avaient significativement plus élevé des apports en calories totales que les non-buveurs, les buveurs ne sont pas plus obèses que les non-buveurs. En fait, les buveurs de femmes était significativement plus faible poids corporel que les non-buveurs. Comme la consommation d'alcool chez les hommes a augmenté, leur poids corporel ont diminué. Une analyse des données du second National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES II) et d'autres grandes études américaines ont trouvé des résultats similaires pour les femmes. Lors de gros buveurs chroniques d'alcool de substitution pour les glucides dans leur alimentation, ils perdent du poids et pèse moins que leurs homologues non potable. En outre, quand les grands buveurs chroniques ajouter de l'alcool à un régime alimentaire normal par ailleurs, ils ne prennent pas de poids. Ceci est généralement attribuée à d'autres alcooliques à l'alcool en tant que source principale de calories.

L'alcool et la malnutrition:

Consommation excessive d'alcool mai interférer avec l'absorption, la digestion, le métabolisme, et l'utilisation des éléments nutritifs, particulièrement les vitamines. Alcooliques utilisent souvent l'alcool comme une source de calories à l'exclusion d'autres sources de nourriture, qui mai également conduire à une carence en éléments nutritifs et la malnutrition. Alcooliques au stade avancé de la maladie mai développer l'anorexie ou la grave perte d'appétit, et de refuser de manger. Alcooliques représentent une proportion importante des patients hospitalisés pour malnutrition. Effets toxiques directs de l'alcool sur l'intestin grêle provoque une diminution de l'absorption des vitamines hydrosolubles (par exemple, de la thiamine, acide folique et B6). Des études ont suggéré que l'alcoolisme est la cause la plus commune des vitamines et des oligo-élément de la carence chez les adultes aux États-Unis. Effets de l'alcool sont dose-dépendants et le résultat de la malnutrition, la malabsorption et la toxicité de l'éthanol (9). Les vitamines A, C, D, E, K, et les vitamines B sont défaillantes dans certains alcooliques. Toutes ces vitamines sont impliquées dans la cicatrisation des plaies et de maintenance cellule. Parce que la vitamine K est nécessaire à la coagulation du sang, des carences peuvent provoquer à terme de la coagulation et entraîner des saignements excès. Carence en vitamine A peut être associé à la cécité nocturne, et la carence en vitamine D est associé à un ramollissement des os. Les carences en vitamines autres impliqués dans le fonctionnement du cerveau peuvent causer des dommages neurologiques graves (par exemple, des carences en acide folique, pyridoxine, thiamine, fer et zinc). La carence en thiamine de la consommation chronique excessive d'alcool peut entraîner des complications neurologiques dévastateurs, y compris le syndrome de Wernicke-Korsakoff, une dégénérescence cérébelleuse, démence et la neuropathie périphérique. La carence en thiamine chez les alcooliques qui souffrent du syndrome de Wernicke-Korsakoff conduit à des lésions et microhemorrhages augmenté dans le corps mamillaires, le thalamus et le tronc cérébral. Ce syndrome peut également être associée à des maladies du tractus gastro-intestinal en cas d'absorption de la thiamine est insuffisante.

L'alcool et les maladies infectieuses:

L'abus d'alcool est un facteur de risque majeur pour de nombreuses maladies infectieuses, en particulier les infections pulmonaires. Les infections pulmonaires, la pneumonie et la tuberculose sont des causes fréquentes de la maladie et de décès chez les alcooliques. D'autres maladies infectieuses qui sont sur-représentés parmi les personnes dépendantes de l'alcool sont la méningite bactérienne, la péritonite et la cholangite ascendante. Les infections moins graves sont les sinusites chroniques, pharyngites et autres infections mineures. La consommation de T alcool altère les fonctions des lymphocytes, production d'immunoglobulines par les cellules B, la fonction des cellules NK et les neutrophiles et les activités des macrophages. Des études ont montré que les animaux compte tenu de l'éthanol sont incapables de supprimer les infections qui peuvent entraîner des lésions progressive des organes et la mort.

Alcool et troubles du sommeil:

Bien que certaines personnes croient que l'alcool les aide à dormir, la consommation excessive chronique peuvent induire des troubles du sommeil en perturbant la séquence et la durée des états de veille et en modifiant le temps de sommeil total, ainsi que le temps nécessaire à l'endormissement. Plus précisément, de boire moins d'une heure du coucher semble perturber la deuxième moitié de la période de sommeil. La personne mai mal dormir pendant la deuxième moitié du sommeil, l'éveil de rêves et de retourner à dormir avec difficulté, résultant de la fatigue et la somnolence diurne (10). Les personnes qui sont dépendantes de l'alcool mai présenter un risque accru pour l'apnée du sommeil, un trouble dans lequel le passage d'air supérieure se rétrécit ou se ferme pendant le sommeil. La combinaison de l'alcool, l'apnée obstructive du sommeil et le ronflement augmente le risque d'une personne à une crise cardiaque, arythmie, accident vasculaire cérébral, et la mort subite.

Dépendance à l'alcool et du système nerveux:

L'anomalie neurologique la plus fréquente chez les patients dépendants de l'alcool est le syndrome de démence, qui se manifeste principalement comme une insuffisance de mémoire récente, et plus subtiles variations dans les abstractions, des calculs, et d'autres aspects des fonctions cognitives. Comme indiqué précédemment, une complication neurologique spécifique résultant d'une carence en thiamine est le syndrome de Wernicke-Korsakoff, ce qui implique le délire, Sensorium assombri et la confusion, une ophtalmoplégie, un nystagmus et une ataxie. L'administration immédiate de la thiamine est habituellement efficace pour traiter les symptômes, mais dans certains cas, perte de mémoire permanente se produit. Une fois le délire et de résoudre la confusion, il ya parfois un profond manque de mémoire récente hors de proportion avec les autres déficits cognitifs, et de neuropathie périphérique alcoolique, ce qui entraîne une sensibilité diminuée au toucher, piqûre, et les vibrations objectivement et subjectivement les paresthésies (10). Les effets aigus de l'alcool sur le système nerveux sont des gens indices communément pensent quand ils imaginent une personne ivre, comme les troubles de l'élocution, perte de coordination, démarche instable, une insuffisance d'attention ou de mémoire, un nystagmus, stupeur ou coma. La mesure dans laquelle le système nerveux central est affaiblie est directement proportionnelle à la déficience comportementale et cognitive.

L'alcool et le cerveau:

L'alcool affecte la plupart des systèmes neurochimiques, comme le N-méthyl D-aspartate (NMDA), l'acide gamma-aminobutyrique (GABA), la sérotonine, la dopamine (DA) et les systèmes opioïdes. L'alcool inhibe les systèmes NMDA, qui mai contribuer au sentiment d'ébriété. Récepteurs NMDA changement que la tolérance se développe. Ces systèmes de récepteurs sont trop actifs durant le sevrage. L'alcool renforce également l'action du système GABA, produisant certains des symptômes d'intoxication aiguë. Récepteurs GABA sont particulièrement sensibles à l'alcool. Le système GABA est underactive lors du retrait, et les gènes qui contrôlent ces récepteurs mai ont un impact sur le risque de dépendance à l'alcool. L'alcool provoque la libération du 5-HT, ou la sérotonine. Basse-5-HT dans le cerveau sont associés à une consommation accrue d'alcool chez les animaux et les humains, tandis que la hausse des niveaux 5-HT sont associés à une consommation légèrement réduite d'alcool. Plusieurs gènes 5-HT mai être liées au risque génétique de la dépendance à l'alcool. L'alcool déclenche DA dans le système de récompense dans l'aire tegmentale ventrale du cerveau. L'alcool provoque également la libération de DA. Plusieurs récepteurs DA mai être liées au risque génétique de la dépendance à l'alcool (10).

Enfin, l'alcool provoque la libération d'opioïdes endogènes. Récepteurs opioïdes changer avec la tolérance et le sevrage. Certains récepteurs mai affecter la prédisposition génétique de la dépendance à l'alcool et les antagonistes des opioïdes peuvent diminuer la consommation volontaire d'alcool. Alcool mai également affecter l'acétylcholine, la noradrénaline et de stéroïdes. La plupart des gens qui boivent ne développent pas de lésions cérébrales. Toutefois, des études indiquent que la cognition avec facultés affaiblies et les capacités motrices se produire chez certains individus qui sont de grands buveurs. Personnes âgées atteintes d'exposition dépendance à l'alcool la perte de plus de tissus cérébraux que les deux plus âgés et les personnes plus jeunes sans dépendance à l'alcool. Ces résultats suggèrent que le vieillissement mai rendre une personne plus vulnérable aux effets de l'alcool excessive chronique. La plupart des études suggèrent que, à la suite abstinence à long terme, la plupart des modifications cérébrales résoudre. L'imagerie par résonance magnétique (IRM) a été utilisé pour mesurer les changements dans la structure et le volume du cerveau chez les alcooliques, à trois semaines après l'abstinence d'alcool. Les résultats ont indiqué que le volume du cerveau chez les hommes dépendants de l'alcool et les femmes a été considérablement réduite par rapport aux hommes non dépendants de l'alcool et les femmes. Les différences, cependant, étaient beaucoup plus important chez les femmes que chez les hommes. Ces résultats indiquent que l'alcool inflige le pire des effets neurotoxiques de l'alcool pour les femmes dépendantes de l'alcool que les hommes dépendants, mais là encore, ces modifications cérébrales mai résoudre avec l'abstinence à long terme.

L'alcool et la maltraitance des enfants:

Vivre avec un non-alcoolique en rétablissement dans la famille peut contribuer au stress pour tous les membres de la famille. Dépendance à l'alcool a généralement des effets fortement négatifs sur les relations matrimoniales. Séparés et divorcés, hommes et femmes sont presque trois fois plus susceptibles que les hommes mariés et les femmes à dire qu'ils avaient été mariée à un alcoolique ou un buveur problème. La majorité des études suggèrent une prévalence accrue de la dépendance à l'alcool chez les parents qui abusent des enfants. Certaines études suggèrent que l'alcoolisme est plus fortement liée à l'abus des enfants que ne le sont d'autres troubles, tels que la dépression parentale, mais le facteur le plus important est de savoir si le parent violent eux-mêmes été maltraités ou témoin d'un parent ou un frère qui la subit. Bien que plusieurs études font état de taux très élevés de l'alcoolisme chez les parents de victimes d'inceste, d'autres recherches beaucoup dans ce domaine est nécessaire.

L'alcool et les troubles dépressifs:

L'alcool est à la fois un stimulant et un dépresseur, selon le niveau et l'heure après avoir bu. Les alcooliques sont souvent diagnostiqués à tort comme étant déprimé en raison des nombreux symptômes de dépendance à l'alcool qui miment la dépression. Insomnie, baisse d'appétit, et une baisse d'énergie ne sont que quelques-uns des symptômes qui peuvent survenir dans les deux maladies. L'alcool peut causer des symptômes dépressifs temporaire, même chez les personnes qui n'ont pas d'antécédents de dépression. En fait, pas moins de 80% des alcooliques, hommes et femmes se plaignent de symptômes dépressifs, et au moins un-tiers répondent aux critères d'un trouble dépressif majeur. La dépression est souvent un trouble comorbide, mais peut aussi être due uniquement à l'alcool. Ceci est très important parce que la dépression doit également être traité avec la dépendance à l'alcool. Intoxication alcoolique, en particulier la surconsommation, peut aussi entraîner des sautes d'humeur qui imitent les «hauts» de personnes atteintes de dépression maniaque / troubles bipolaires. Trente à cinquante pour cent des alcooliques souffrent de dépression majeure à la fois. Comment dépendance à l'alcool est liée à la dépression n'est pas clair (9). Certaines études ont suggéré que les deux conditions de mai ont des facteurs de risque communs. Par exemple, les deux problèmes mai dans certaines familles.

Co-occurrence est très commun, mais que d'aucuns pensent être indépendant dans l'étiologie. Professionnels du traitement ont constaté que, après deux à trois semaines d'abstinence à l'alcool et avec une bonne nutrition, les effets dépressifs temporaire de l'alcool se dissipent. Toutefois, il existe des sous-groupes d'alcooliques qui souffrent de dépression vraie ou maniaco-dépression, et il est extrêmement important de traiter ces maladies au cours du traitement de l'alcool (15). Si une dépression vraie n'est pas traitée, beaucoup d'alcooliques passera de traitement et de recommencer à boire. L'abus d'alcool, la dépendance à l'alcool et la dépression sont des facteurs de risque importants de pensées suicidaires ou des actions. Parce que l'alcool peut faire une dépression pire, voire intolérable, l'alcool est souvent un facteur dans les suicides.

L'alcool et le suicide:

Le suicide est la principale cause de mortalité global onzième et la troisième cause chez les personnes âgées de 15 à 34 ans d'âge. La plupart des gens qui tentent de se suicider et 90% des victimes de suicide présentent un trouble psychiatrique diagnostiquée. L'alcool est le numéro un de l'abus de médicaments associés au suicide. En 2005, 32.637 personnes aux Etats-Unis s'est suicidé et on estime que 816.000 tentatives de suicide. Parmi les personnes qui tentent de se suicider, la dépendance à l'alcool est un diagnostic commun. La dépression majeure et la dépendance à l'alcool, respectivement, sont les troubles psychiatriques les plus fréquemment diagnostiqués chez des patients qui se suicident. Suivant l'âge, la dépendance à l'alcool et la toxicomanie sont les facteurs de risque de la deuxième plus importante dans le suicide. Pas moins de 85% des personnes qui se suicident souffrent de dépression ou la dépendance à l'alcool, et 70% des alcooliques avec le rapport de la dépression comorbides qui ils ont fait une tentative de suicide à un moment donné dans leur vie. Il est signalé la probabilité de suicide dans l'alcoolisme est diagnostiquée entre 60 et 120 fois supérieur à celui des personnes sans maladie mentale (11). Intoxication alcoolique peut exagérer la dépression et d'augmenter la probabilité d'un acte impulsif, comme le suicide ou d'autres formes de violence. La consommation d'alcool est fréquemment détecté dans les méthodes de suicide impliquant la conduite d'un véhicule ou d'overdose. L'alcool affecte le jugement et abaisse le seuil à se suicider, ce qui explique son association avec les méthodes de suicide qui impliquent un niveau élevé de la douleur. Dans une étude cas-témoins, les chercheurs ont examiné la relation entre les tentatives de suicide près de mortels et les aspects de la consommation d'alcool, tels que le montant et la fréquence de consommation d'alcool, l'alcoolisme, la consommation excessive d'alcool, et de boire dans les trois heures d'une tentative de suicide, et a trouvé un J - en forme de relation entre l'exposition à l'alcool et près de tentatives meurtrières de toutes les mesures (11).

On estime que le risque de suicide à vie chez les personnes dépendantes de l'alcool est de 10%, un chiffre 5 à 10 fois plus grande que celles observées dans la population générale. Entre 15% et 20% des personnes dépendantes de l'alcool sera tentative de suicide, et de ceux qui ont tenté dans le passé, 15% à 20% sera à nouveau tenter de se suicider au cours des cinq prochaines années. Une étude menée au Japon a montré que, chez les buveurs, le risque de suicide augmente avec la quantité d'alcool consommée. Une découverte insolite de cette étude était une relation en U entre l'alcool et le suicide. Abstentionnistes ont également un risque sensiblement accru, similaire à de grands buveurs. Parmi les hommes d'âge moyen, les buveurs modérés avaient le moins de risques de suicide. Afin d'être plus efficaces dans la prévention du suicide, les prestataires de soins doivent être aptes à susciter la fois une histoire d'usage de substances et des antécédents psychiatriques. Les facteurs de risque associés au suicide complété avec dépendance à l'alcool comprennent comorbidité dépression majeure, la consommation active, maladie grave, vivant seul, et la perte de relations interpersonnelles et les conflits.

Traitement de dépression chez les patients dépendants d'alcool:

Homme, alcoolique et dépressive sont les descripteurs les plus communes pour les candidats au suicide. Toujours évaluer les alcooliques déprimés pour la dépression, le suicide, et d'aiguillage vers un psychiatre ou un psychologue. Dépression et dépendance à l'alcool sont des problèmes communs aux États-Unis. Les deux sont au sommet de la liste des problèmes qui exigent généralement un traitement psychiatrique. Le traitement d'un problème, mais pas l'autre est également très commun. Afin de traiter avec succès la dépendance à l'alcool et la dépression, il est important que les prestataires de soins de santé de diagnostiquer et de traiter les deux problèmes (15). Traitement de la dépendance à l'alcool commence avec une intervention ou un certain type de traitement basé sur l'approche, qui mai inclure un programme en 12 étapes. L'ajout d'un antidépresseur et le traitement de la dépression nécessite un certain nombre de changements subtils de la pensée.

La question suivante est de déterminer les antidépresseurs à utiliser. Lithium et les antidépresseurs tricycliques utilisés pour traiter la dépression seule mai ne pas être efficaces ou qui pourraient avoir des effets secondaires graves lorsqu'il est utilisé chez les alcooliques déprimés. Une autre classe d'antidépresseurs, les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS), ont été étudiées pour traiter la dépression après avoir échoué à traiter la dépendance à l'alcool. ISRS causent généralement des effets secondaires moins graves que les antidépresseurs tricycliques, mais certaines, comme la fluoxétine, travaillent lentement et cause sexuelle effets sur les performances côté. ISRS, comme la fluoxétine, la sertraline, et la paroxétine, et des remèdes à base de plantes comme le millepertuis ont été essayées dans une variété d'études et qui sont généralement en mesure de soulager la dépression, mais ne semblent pas aider avec les résultats de boisson. Venlafaxine et le bupropion semblent être particulièrement efficace dans le traitement des patients déprimés à la dépendance de l'alcool. Venlafaxine est bien adaptée pour traiter la dépendance de l'alcool avec la dépression et même avec anxiété. Venlafaxine est efficace dans la dépression légère et intense avec l'anhédonie. Le bupropion est efficace aussi bien, mais elle présente des risques de saisie dans cette population. L'alcool en utilisant les hommes déprimés paraissent très sensibles aux effets secondaires sexuels des ISRS et mai cesser de les utiliser et d'abandon du traitement (15). Les patients atteints de dépression majeure et de dépendance à l'alcool sont généralement traités par la venlafaxine et, si nécessaire, est enrichi avec le bupropion et la mirtazapine.

Alcool et trouble bipolaire:

Une étude réalisée en 2000 a analysé la substance ou de modes d'abus d'alcool de 89 patients présentant un diagnostic confirmé de troubles bipolaires (71 avec un trouble bipolaire I et 18 avec bipolaire II). Le diagnostic a été confirmé par une entrevue clinique structurée pour DSM-IV Axe I, un psychiatre traitant, un examen des dossiers médicaux, et des membres de la famille. L'âge des patients variait de 18 à 65 ans. Parmi les personnes atteintes du trouble bipolaire I, 41 patients (57,8%) ont été maltraités ou dépendant d'un ou de plusieurs substances (y compris l'alcool), 28,2% ont été abusés ou dépend de deux substances, et 11,3% ont été abusés ou dépend de trois substances ou plus. Parmi les personnes atteintes du trouble bipolaire II, 39% des patients ont été maltraités ou dépendant d'un ou de plusieurs substances, 17% ont été tributaire de deux ou plusieurs substances, et 11% dépendant des trois substances ou plus (12). Le risque pour la substance ou l'abus d'alcool était plus élevée chez les patients atteints de trouble bipolaire I que de trouble bipolaire II. Les patients présentant les deux troubles bipolaires I et II abusaient de l'alcool plus souvent que d'autres substances.

L'alcool et l'anxiété:

Alcool retrait de nombreuses causes des signes et des symptômes d'anxiété et peut même simuler des attaques de panique. Alcool fonctionne un peu comme une benzodiazépine; beaucoup de gens qui abusent et sont dépendantes de l'alcool ont appris à boire pour soulager temporairement les angoisses et le stress. Des problèmes particuliers existent pour les personnes qui boivent à l'auto-médication les symptômes d'un vrai trouble d'anxiété généralisée, phobie sociale, ou d'un trouble panique. Alcool mai procurer un soulagement temporaire, mais ce n'est pas un bon traitement pour la timidité ou un trouble anxieux. Le prix d'une personne mai payer pour l'auto-médication sont deux maladies: l'anxiété et la dépendance à l'alcool.

TRAITEMENT

Le traitement fonctionne. Les gens qui prennent la décision d'arrêter de boire sera en mesure de trouver le traitement et le soutien dont ils ont besoin pour cesser de fumer, rester sobre, et à retrouver leur vie. Cependant, comme avec un traitement pour toute autre maladie, il est important d'avoir une bonne idée des options disponibles afin de faire des choix éclairés.

Phases de traitement: Pour comprendre le traitement et faire les choix bon traitement, il est utile d'avoir un aperçu. Le traitement est souvent considéré comme ayant quatre phases générales (13).

  1. Pour commencer: l'évaluation et l'évaluation des symptômes de la maladie et accompagner les problèmes de la vie, faire des choix de traitement, et élaborer un plan
  2. Désintoxication: utilisation d'arrêt
  3. Le traitement actif: résidentiel de traitement ou de communautés thérapeutiques, intensive et régulière, un traitement ambulatoire, les médicaments pour aider à un état de manque d'alcool et de décourager la consommation d'alcool, les médicaments pour le traitement simultané de maladies psychiatriques, programmes de 12 étapes, l'auto-assistance et d'autres groupes d'entraide mutuelle
  4. Le maintien de la sobriété et la prévention de la rechute: traitement ambulatoire selon les besoins, des programmes en 12 étapes, l'auto-assistance et d'autres groupes d'entraide mutuelle

Les symptômes de sevrage et de gestion médicale:

L'arrêt brutal ou même couper vers le bas sur la quantité d'eau potable par des personnes qui sont physiologiquement dépendants à l'alcool produit un syndrome de sevrage caractéristique de la sudation, accélération du rythme cardiaque, l'hypertension, des tremblements, de l'anorexie, l'insomnie, l'agitation, l'anxiété, des nausées et des vomissements. À certains égards, ressemble à un sevrage alcoolique retrait des opiacés. Toutefois, le retrait d'alcool est étonnamment différent de sevrage aux opiacés dans le fichier% jusqu'à 15 des alcooliques progrès de l'hyperactivité neurovégétative et d'agitation commun, au retrait d'autres médicaments destinés à des saisies et, pour certains, voire la mort. Dans certains cas, le delirium tremens (DT) mai se produire dans les 96 premières heures et peut comprendre une désorientation, confusion, hallucinations auditives ou visuelles, et l'hyperactivité psychomotrice. La version révisée des cliniques Institut Retrait d'évaluation pour Échelle d'alcool (AFIC-Ar) est un symptôme déclenché, échelle de 10 éléments qui quantifie le risque et la gravité du sevrage alcoolique. Toutefois, afin d'être le plus utile, il requiert l'entrée des patients, qui mai ne pas être possible chez les patients subissant DTs sévère. Si le patient est en mesure, l'évaluation prend que quelques minutes et les aides à l'identification des patients qui ont besoin d'un traitement pharmacologique mai immédiates pour prévenir de nouvelles complications. Léger retrait correspond habituellement avec un score de 8 ou moins, le retrait modéré avec une note comprise entre 9 et 15, et les scores supérieurs à 15 indiquent sevrage sévère. Les patients atteignant moins de 9 mai n'exigent pas une intervention pharmacologique. Cependant, la réévaluation des symptômes doit être effectué tous les 1 à 2 heures jusqu'à ce que le retrait est résolu.

Le traitement pharmacologique du sevrage alcoolique aiguë implique généralement l'utilisation des benzodiazépines, qui réduisent liées anxiété, agitation, insomnie, tremblements, DTS, et les crises de sevrage. Les benzodiazépines sont les plus largement utilisés, et tandis qu'ils mai ont un risque d'abus chez certains patients, ils ont été utilisés en toute sécurité depuis des années. Ces médicaments mai être administré soit sur un intervalle fixe ou symptôme calendrier déclenchée. Toutefois, à court et à long agissant en qualité benzodiazépines ont leurs problèmes. The long-benzodiazépines agissant peut diminuer les symptômes de rebond et de travailler pendant de longues périodes de temps, mais l'absorption par voie intramusculaire peut être très erratiques. Short-benzodiazépines agissant ont moins de risque de sédation excessive, aucun métabolite actif, et l'utilité considérable chez les patients ayant des problèmes de foie ou une maladie. Pourtant, les symptômes percée ne peut et ne se produisent, et le risque de saisie est imminente.

Les patients présentant des symptômes de sevrage sont généralement traités avec le diazépam ou jusqu'à ce que les subventions chlordiazépoxide retrait. Ces médicaments sont préférées en raison de leur action à long, ce qui diminue le risque de symptômes de rebond. Si l'administration par voie intramusculaire est nécessaire, le lorazépam est le médicament de choix. Plus de sevrage sévère est généralement traitée en milieu hospitalier. D'autres médicaments mai être utilisé en conjonction avec des benzodiazépines pour le traitement de sevrage. Les anticonvulsivants sont utilisés de façon sécuritaire pour le traitement de sevrage. Ils n'ont pas la responsabilité des abus et ont anticonvulsivants et antikindling effets. Néanmoins, ils ont aussi des problèmes. Elles ne réduisent pas le délire et peut avoir une toxicité hépatique. Agonistes alpha-adrénergiques comme la clonidine peut inverser la plupart des symptômes comportementaux de retrait, mais n'empêchent pas la saisie et peut provoquer une hypotension (14). Toutefois, pour les patients atteints de maladie coronarienne, l'utilisation d'un alpha-agoniste adrénergique ou bêta-bloquant mai doit être indiquée. D'autres recherches sont nécessaires concernant l'efficacité des antagonistes des canaux calciques dans le traitement du sevrage alcoolique. Des études ont montré que ceux qui ont des crises retrait mai ont un pronostic plus mauvais que ceux qui n'en ont pas. La désintoxication est que la première étape dans le processus de traitement, et le début d'un processus continu.

Médicaments utilisés pour traiter la dépendance à l'alcool:

Plusieurs médicaments sont disponibles pour aider à traiter la dépendance à l'alcool. Certains sont utilisés pour la désintoxication et d'autres sont utilisés pour prévenir la rechute. La recherche a montré que les médicaments sont plus efficaces lorsqu'ils sont utilisés en conjonction avec d'autres thérapies (13) (14).

Disulfirame

Disulfirame, communément connu sous le nom Antabuse, a été le premier médicament à être mis à disposition pour le traitement de la dépendance à l'alcool. Il a été approuvé pour le traitement de la dépendance à l'alcool par la FDA en 1951 et a été utilisé en toute sécurité et efficacement pour plus d'un demi-siècle. Il agit en bloquant une enzyme, l'aldéhyde déshydrogénase qui aide à métaboliser l'alcool. Même en prenant un verre tout en le disulfiram provoque l'alcool au stade de l'acétaldéhyde à s'accumuler dans le sang. Cela donne des nausées, des vomissements, transpiration, et même des difficultés respiratoires. Les patients doivent également être conscients de consommer des quantités encore minute d'alcool dans les aliments, sur les médicaments en vente libre, rince-bouche, et même des lotions topiques. L'American College of Physicians concluait que le disulfirame peut être efficace pour les personnes qui se sont engagés à rester sobre. En raison des modalités des médicaments plus modernes et améliorés, de nombreux cliniciens prescrivent disulfirame comme une intervention de dernier recours. Bien que largement utilisé, il est beaucoup moins bien étayés par des preuves d'essais cliniques. La dose recommandée pour le disulfirame est de 250 mg / jour, ce qui peut être augmentée à 500 mg fondée sur si un patient éprouve le disulfirame réaction de l'éthanol. En raison des changements physiologiques qui surviennent avec l'utilisation, l'utilisation du disulfirame est déconseillée chez les patients souffrant de diabète, les maladies cardiovasculaires ou cérébrovasculaires, la maladie, ou les reins ou le foie échec.

Naltrexone

La naltrexone (ReVia) est un antagoniste des opiacés qui interfère avec les effets de récompense ou de plaisir de l'alcool et réduit le besoin d'alcool. La FDA a approuvé l'utilisation de la naltrexone dans la dépendance de l'alcool en Décembre 1994. La naltrexone, qui a longtemps été utilisé pour traiter les héroïnomanes, n'était pas connu comme un traitement qui pourrait réduire les rechutes de l'alcool avant les années 1980. En 1980, des chercheurs ont signalé des réductions de l'auto-administration d'éthanol singe quand ils ont été prétraités avec la naltrexone. En 1992, Volpicelli et ses collaborateurs ont une durée de six semaines, en double-blind placebo-controlled trial naltrexone en consultation externe avec l'alcool à 70 personnes à charge. Ils ont constaté que la naltrexone chez les patients traités avaient un taux plus bas de rechute, moins d'épisodes de boire, plus le délai de rechute, et la tendance réduit pour un feuillet de devenir une rechute. Ces données et d'autres ont suggéré que les opioïdes endogènes ont été importantes dans le renforcement de l'alcool.

Également en 1992, O'Malley et associés naltrexone par rapport au placebo et a constaté que la naltrexone chez les patients traités avaient des taux inférieurs de rechute à forte consommation d'alcool, consommé des boissons de moins par jour potable, et avaient des taux d'abandon que sous placebo chez les patients dépendants de l'alcool. Ces résultats ont depuis été appuyé par d'autres études. Les recherches suggèrent que la naltrexone mai être le plus efficace pour les personnes dépendantes de l'alcool avec des antécédents familiaux de dépendance à l'alcool. Après une histoire complète, l'examen physique et les tests de laboratoire, la plupart des patients sont démarrés sur 50 mg par voie orale par jour. Pour la plupart des patients, c'est la dose sûre et efficace de la naltrexone. Toutefois, dans une période de 4 mois à l'étude, l'étude a montré une efficacité COMBINE de la naltrexone à une dose de 100 mg par jour. Certains fournisseurs de traitement donnent aux patients une carte d'identification de la naltrexone ou demandez-leur de commander un bracelet MedicAlert qui indique clairement qu'ils sont tenus sur un antagoniste des opiacés, donc si ils ont besoin d'une drogue ou de médicaments opiacés pour soulager la douleur, la dose du médicament, la douleur peut être ajusté supérieur.

Les effets secondaires les plus communs de naltrexone ont étourdissements, la diarrhée, des étourdissements et des nausées. Celles-ci tendent à disparaître rapidement dans la plupart des patients. La naltrexone est pas recommandé pour les patients atteints d'hépatite aiguë ou d'insuffisance hépatique, pour les adolescents, ou aux femmes enceintes ou allaitantes. La perte de poids et un intérêt accru pour le sexe ont été signalés par certains patients. En général, les patients ont maintenu sur les antagonistes opiacés devraient être traités avec une toux non-opioïdes, antidiarrhéiques, des céphalées, des douleurs et des médicaments. La famille du patient ou le médecin doit appeler le médecin traitant si des questions se posent à propos blocus opioïdes ou analgésie. Il est important de réaliser que la naltrexone n'est pas le disulfirame, boire tout maintenu sur la naltrexone ne produit pas d'effets secondaires ou des symptômes. La naltrexone est plus efficace lorsqu'il est utilisé dans le contexte d'une gamme complète de services de traitement, y compris éventuellement traditionnelle de 12 bourses par étapes fondée traitements. Les études montrent également que la naltrexone est efficace lorsqu'elle est associée aux thérapies cognitives comportementales (TCC). Les patients recevant un traitement médical à la naltrexone, la TCC, ou les deux obtenu de meilleurs résultats sur les résultats potable. Nalméfène hydrochloride (Revex) est plus récente antagoniste des opioïdes à administrer par voie intraveineuse. Mai il être avantageux d'utiliser à la place de la naltrexone car il n'a pas montré des signes de toxicité hépatique et mai se lier à plusieurs récepteurs opiacés. Dans une étude de 105 patients dépendants de l'alcool assignés au hasard à CBT nalmefene hebdomadaires et 10 mg deux fois par jour, 40 nalmefene mg deux fois par jour ou un placebo, deux doses de nalmefene se sont avérées efficaces.

Acamprosate

Acamprosate (Campral) est un composé synthétique qui a une structure chimique similaire à celle de l'homotaurine acide aminé naturel et neurotransmetteurs GABA. Parce que l'usage chronique d'alcool est associée à une diminution de l'activité GABA et le glutamate, un système glutamate hyperexcitables est possible un mécanisme de sevrage alcoolique. Systèmes de glutamate mai devenir instable pendant 12 mois après que la personne cesse de boire. L'effet sur l'abstinence, combinée à un excellent profil d'innocuité, prêter appui à l'utilisation de l'acamprosate dans un large éventail de patients atteints de dépendance à l'alcool. Une dose de 2,000 mg / jour est associé à la plus grande efficacité quel que soit le poids corporel. Il est important de noter que les médicaments en combinaison avec les thérapies peuvent améliorer les résultats. En Juillet 2004, après plusieurs années d'utilisation sûre en Europe et dans le monde, la FDA a approuvé l'utilisation de l'acamprosate pour le maintien de l'abstinence d'alcool. Comme dans le cas de la naltrexone, réduit le renforcement de l'acamprosate (agréable) les effets de l'alcool pour réduire les états de manque. Les effets indésirables fréquents sont la diarrhée, l'anxiété, l'insomnie, les nausées, les étourdissements et la faiblesse. Certaines recherches montrent que l'acamprosate mai aggraver la dépression et / ou d'idées suicidaires, de même, les patients ayant des antécédents de dépression majeure doit être surveillée de près ou prescrit un médicament différent. Une analyse de plusieurs études de l'acamprosate publiée en 2006 a montré un bénéfice dans le maintien de l'abstinence lorsqu'elle est associée à la TCC.

Baclofène

Baclofène est un agoniste GABA mai que se révéler une alternative thérapeutique unique pour réduire la soif de l'alcool et la consommation. Dans un petit essai de 12 semaines, les patients alcooliques ont reçu 10 mg de baclofène 3 fois par jour associé à la thérapie amélioration de la motivation. Les patients ont connu une réduction du nombre de boissons, de boire jours, l'anxiété, et de soif. Dans une étude de patients alcoolo-dépendants ayant une cirrhose du foie, le baclofène a également été trouvé pour travailler favorablement dans le maintien de l'abstinence d'alcool. Soixante et onze pour cent des patients traités par le baclofène maintenu l'abstinence comme comparativement à 29% du groupe placebo.

Anticonvulsivants

La recherche a montré que le topiramate est efficace pour réduire l'abus d'alcool chez les personnes ayant une dépendance alcoolique. Dans une étude contrôlée, le topiramate a produit une amélioration importante et significative dans une grande variété de résultats potable. Topiramate mai réprimer l'envie et les effets gratifiants de l'alcool. In a double-blind, controlled trial, 150 patients dépendants de l'alcool ont été randomisés pour recevoir des doses croissantes de topiramate (25-300 mg / jour) ou placebo. Ceux sur le topiramate ont obtenu une réduction de l'auto-déclarée potable (nombre de consommations et des jours à boire), l'avidité de l'alcool, et y plasma-glutamyl transférase (un indicateur de la consommation d'alcool). Les effets secondaires du topiramate comprennent l'engourdissement des extrémités, fatigue, confusion, paresthésies, dépression, changement de goût, et la perte de poids. Carbamazépine s'est avérée efficace pour le traitement de sevrage alcoolique aiguë. Ses effets secondaires comprennent les nausées, vomissements, somnolence, vertiges, douleurs thoraciques, maux de tête, difficulté à uriner, un engourdissement des extrémités, des lésions hépatiques, et de la réaction allergique. Dans une période de 12 mois, en double aveugle, contrôlée versus placebo, 29 patients ont été affectés à la carbamazépine 3 fois par jour (pour atteindre une concentration sanguine moyenne de 6 mg / litre) ou un placebo. Ceux traités avec la carbamazépine a montré un retard dans le temps de boire première et une diminution du nombre de boissons et les jours d'alcoolisme (14). Oxcarbazépine est un dérivé de la carbamazépine, avec moins d'effets secondaires et contre-indications, utilisé pour prévenir la rechute chez les patients alcooliques en bloquant sevrage alcoolique. Un groupe de 84 patients dépendants de l'alcool détoxifiés ont été randomisés à 50 mg de naltrexone, 1500-1800 oxcarbazépine mg ou oxcarbazépine 600-900 mg pendant 90 jours. Environ 58,6% des patients à haut oxcarbazépine dose est restée sans alcool, un nombre significativement plus important par rapport à la faible dose (42,8%) et les groupes de naltrexone (40,7%).

Résumé:

La toxicomanie constitue un problème de santé majeur, et pourtant tant de toxicomanes reçoivent aucun traitement. Avec les preuves croissantes qui vérifie la toxicomanie comme une maladie, il est l'espoir que ces personnes seront moins sévèrement jugés et ont davantage accès au traitement. Aujourd'hui, il est entendu que la toxicomanie est une maladie qui affecte la récompense, la mémoire et l'apprentissage, la motivation et prise de décision. Un élément essentiel dans le rétablissement de la dépendance chimique est l'utilisation du 12-recouvrement étape. Il est entendu, toutefois, que la récupération est la rémission de la maladie, qu'il n'y a pas de remède. Parce que les toxicomanes sont des personnes physiques, le traitement individualisé des plans basés sur des profils de personnalité aider dans ce processus, tout comme la prolongation de postcure et de suivi.

Références:

  1. Alcoholics Anonymous World Services. 2004 Membership Survey. 2005. Available at http://www.alcoholics-anonymous.org/en_pdfs/p-48_04survey.pdf Accessed 30 October 2009
  2. SAMHSA: Most who need addiction treatment don't receive it. American Society of Addiction Medicine Newsletter, Fall 2007;22:3. Available at www.asam.org
  3. Rimm EB. Alcohol consumption and good health. In: Gold MS (ed). Addiction and Psychiatry. Gainesville, FL: University of Florida College of Medicine; 2007
  4. National Institute on Alcohol Abuse and Alcoholism. Alcohol alert. In: The Genetics of Alcoholism, July 2003:60:1-5
  5. Schuckit MA, Smith TL, Kalmijn J, et al. The Collaborative Study on the Genetics of Alcoholism. Response to alcohol in daughters of alcoholics: a pilot study and a comparison with sons of alcoholics. Alcohol Alcohol 2000;35(3):242-248
  6. Schuckit MA. Vulnerability factors for alcoholism. In: Davis KL, Charney D, Coyle JT, Nemeroff C (eds). Neuropsychopharmacology: The Fifth Generation of Progress. Philadelphia, PA: Lippincott Williams & Wilkins; 2002
  7. Moore AA, Giulu L, Gould R, et al. Alcohol use, comorbidity, and mortality. J Am Geriatr Soc 2006;54(5):757-762
  8. Beulens JWJ, Rimm EB, Ascherio A, et al. Alcohol consumption and risk of coronary heart disease among men with hypertension. Ann Intern Med 2007;146(1):10-19
  9. Chambers JC, Ueland PM, Obeid OA. Improved vascular endothelial function after oral B vitamins: An effect mediated through reduced concentrations of free plasma homocysteine. Circulation 2000;102(20):2479-2483
  10. Koob G, Kreek J. Stress, dysregulation of drug pathways, and the transition to drug dependence. Am J Pshychiatry 2007;164:1149-1161
  11. Mann JJ. A current perspective of suicide and attempted suicide. Ann Intern Med 2002;136(4):302-311
  12. Chengappa KN, Levine J, Gershon S, et al. Lifetime prevalence of substance or alcohol abuse and dependence among subjects with bipolar I and II disorders in a voluntary registry. Bipolar Disord 2000;2(3 Pt 1):191-195
  13. Moyer A, Finney JW, Swearingen CE, et al. Brief interventions for alcohol problems: a meta-analytic review of controlled investigations in treatment-seeking and non-treatment-seeking populations. Addiction 2002;97(3):279-292
  14. Carroll KM, Ball SA, Nich C, et al. The National Institute on Drug Abuse Clinical Trials Network. Motivational interviewing to improve treatment engagement and outcome in individuals seeking treatment for substance abuse: a multisite effectiveness study. Drug Alcohol Depend 2006;81:301-312
  15. Harmer CJ, O'Sullivan U, Favaron E et al. Effect of acute antidepressant administration on negative affective bias in depressed patients. Am J Psychiatry 2009;166:1178-1184

© Le Centre pour la Santé et Éducation des Femmes