Migration des médecins et des infirmières: Tendances et Politiques

WHEC Bulletin de pratique et de directives cliniques de gestion pour les fournisseurs de soins de santé. La concession éducative a fourni par Women's Health and Education Center (WHEC).

En 1972, environ 6% des médecins du monde étaient situés en dehors de leur pays d'origine, la majorité d'entre eux étaient aux USA, au Royaume-Uni et au Canada. Le principal bailleur de fonds (principalement asiatiques) les pays reflète les liens coloniaux et linguistiques. Ces liens historiques sont affaiblissement maintenant comme les pays bénéficiaires de recruter essentiellement sur la base des exigences économiques. Tant dans les pays d'origine et les pays d'accueil, les consommateurs de services de santé ont des préoccupations similaires. Il existe aussi d'autres facteurs influents, tels que le maintien de l'aide financière indispensable des membres des familles migrantes. Les gouvernements représentent la voix collective des consommateurs et des employeurs, mais leurs perspectives sont souvent en interne diverses. Avec beaucoup de voix diverses questions soulevées dans préoccupation, la migration des personnels de santé est médiatique, et les difficultés de collecte de données précises font que des allégations sans fondement mai être faite dans les médias. En raison de sa complexité inhérente, la migration des travailleurs des prestations de santé de la recherche pluridisciplinaire: les solutions doivent être éclairées par une meilleure compréhension des perspectives et des motivations sous-jacentes des nombreux intervenants (1).

Le but de ce document est de discuter de la mobilité internationale et la migration des prestataires de soins de santé. Les options politiques de gestion des migrations et des suggestions pour les pays en développement à inverser la «fuite des cerveaux" sont également fournis. Les décideurs politiques devraient se concentrer sur lesquelles les gens migrent-ils? Sur la base que la migration n'est probablement pas s'arrêter en raison des avancées dans les communications mondiales et le développement du marché du travail mondial, les approches stratégiques à la migration des travailleurs de la santé sont nécessaires. Bien-avantages pour la santé des migrants bien gérées tout, cependant, la revitalisation économique mai être la seule intervention réellement efficace.

Agents de santé migrants sont confrontés à un ensemble d'options qui sont une combinaison de facteurs économiques, sociaux et psychologiques et des choix des familles. Ils se négocient les décisions relatives à leurs possibilités de carrière et à la sécurité financière pour leurs familles contre les coûts psychologiques et sociaux de quitter leur pays, leur famille et amis. Les employeurs dans le pays d'origine ont leur propre perspective. Ils sont incapables de s'acquitter de leurs mandats, de fournir un accès équitable aux soins de santé parce que les agents de santé nécessaires ne sont pas disponibles. Dans de nombreux cas, le pays perd son investissement dans l'éducation des professionnels de la santé, ainsi que de perdre la contribution de ces travailleurs à des soins de santé. Les employeurs des pays d'accueil prennent une position différente, poussés par leur besoin de fournir aux travailleurs de la santé suffisants pour satisfaire la demande de services dans les limites de la planification budgétaire et les imperfections du marché du travail. Tant dans les pays d'origine et les pays d'accueil, les consommateurs de services de santé ont des préoccupations similaires.

Contexte:

En 2000, près de 175 millions de personnes, soit 2,9% de la population mondiale, vivaient en dehors de leur pays de naissance pendant plus d'un an. De ce nombre, environ 65 millions sont économiquement actifs. En termes absolus, le nombre de personnes vivant en dehors de leur pays à tout moment on a plus que doublé depuis 1965. 65% de tous les migrants économiquement actifs qui se sont déplacés vers les pays développés sont classés comme «hautement qualifiés» (2). La migration des travailleurs de la santé n'est pas nouveau: les infirmières et les médecins ont cherché un emploi à l'étranger pour de nombreuses raisons, notamment le chômage élevé dans le marché du travail de soins de santé dans leur pays d'origine. Certains ensembles de compétences et les compétences sont si spécialisées ou de l'offre de courte durée tels qu'ils sont d'origine au niveau mondial. Les infirmières font partie de ce marché mondial, car de nombreux pays, tant ceux qui sont riches en ressources et celles qui sont pauvres en ressources, sont état de pénuries de personnel infirmier. Les médecins ne semblent pas tomber dans la même catégorie; dans certains pays, il existe un surplus de médecins. Tant les États-Unis et le Royaume-Uni anticiper déficit important dans le nombre d'infirmières dont ils auront besoin au cours des 10-20 prochaines années, et le recrutement à l'étranger est une tactique manifeste pour compenser ces pénuries.

Le dernier élément important des recherches entreprises par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans ce domaine était dans le milieu des années 1970, quand Meija et al ont trouvé que 6% des médecins et 5% des infirmières vivaient hors de leur pays de naissance. Ils ont aussi admis qu'il était difficile de garantir sa fiabilité et il est tout aussi difficile d'obtenir des données qualitatives sur les effets des migrations sur les personnes et les systèmes de santé (3). Les données des pays que les professionnels de santé de recruter ou d'accepter (les pays de destination) semblent être plus fiables que les données en provenance des pays d'accueil des professionnels qui travaillent à l'étranger Voyage (le pays d'origine). Les pays de destination mai adresse problèmes de la force de travail qui affectent la migration. Ironie du sort, certains de leurs problèmes sont les mêmes que celles du pays d'origine, mais sans les effets néfastes extrêmes qui résulte de la perte d'agents de santé qui luttent déjà des systèmes de soins de santé.

Pourquoi les travailleurs de la santé émigrent-ils?

Les contextes économique et social global dans lequel les travailleurs de soins à prendre la décision de migrer sont les suivants: guerres, de privations, et des troubles sociaux mai tous provoquer des vagues de migration. La migration des travailleurs de la santé est essentiellement induite par la demande, avec des pénuries de main-d'œuvre dans certains pays de destination, comme les USA et UK. La disponibilité d'emplois, particulièrement dans le monde développé, a un impact significatif sur la décision de migrer. Les facteurs influant sur la décision des professionnels de santé "de migrer sont les suivantes:

  • Voulez-vous le meilleur et plus réaliste de rémunération
  • Vous voulez un environnement de travail plus conductrice
  • Vous voulez continuer à l'éducation ou de formation
  • Veulent travailler au meilleur système de santé géré

En général, la migration est influencée par les réseaux sociaux, qui offrent un soutien aux nouveaux immigrants et, souvent, les connexions à l'emploi. Les infirmières ont des liens avec les organismes de soins infirmiers et des réseaux qui favorisent mai migration. Ces réseaux aident les nouveaux migrants, puis avec l'assimilation sociale et culturelle. Une image similaire se dessine pour les pays ayant les liens coloniaux et politiques, où il ya déjà établi des cohortes de migrants.

Financiers et des incitations non financières:

Dans de nombreux systèmes de santé des pays en développement souffrent de nombreuses années de sous investissement, et pour les travailleurs de la santé ce qui a abouti à bas salaires, mauvaises conditions de travail, un manque de leadership, et peu d'incitations d'aucune sorte. Faible satisfaction au travail et la motivation d'affecter les performances des agents de santé ainsi que d'agir pour pousser les gens à migrer. Néanmoins, la perspective de faire beaucoup plus d'argent est considéré comme un facteur déterminant dans la décision de migrer. Si l'argent des bailleurs de fonds peuvent être utilisés dans certains pays en développement pour soutenir les salaires des travailleurs de la santé, des incitations telles mai être la possibilité la plus réaliste de réduire la fuite des cerveaux ». Dans certains pays, l'éducation d'un groupe de travailleurs communautaires de santé pour offrir des services de santé, en particulier dans les zones rurales, et ces travailleurs sont beaucoup moins susceptibles de migrer l'échelle internationale.

Les accords entre pays:

Reconnaissant le caractère inéluctable des migrations et de capacités dans les possibilités offertes aux travailleurs de santé de travailler à l'étranger pour des périodes limitées de temps est possible grâce à des accords négociés au niveau bilatéral, pour lesquels un visa temporaire est accordé, soit par les conventions institutionnelles à prendre (ou même d'échange) les travailleurs. Ce type de régime est à l'essai entre le Royaume-Uni et l'Afrique du Sud, apparemment avec un certain succès (2). La Communauté des Caraïbes (CARICOM) a conçu un système pour encourager les professionnels qualifiés pour travailler à l'étranger sur une base rationnelle, allant de trois années et revenir ensuite. CARICOM espère au moins à limiter les effets d'une perte de main-d'œuvre qualifiée sur les pays des Caraïbes (4). Accord entre pays précisent que le pays de destination investira dans des institutions du pays d'origine de sorte que, en effet, certains pays d'origine agira à titre de fournisseurs de personnel de soins de santé pour les pays de destination par la formation d'un excédent de travailleurs de la santé. Ce type de système a été traditionnellement mis en place aux Philippines, où les écoles privées de soins infirmiers former des infirmières qui ont l'intention d'émigrer, même si certains commentateurs soutiennent maintenant que la perte d'infirmières devient préjudiciable au système de santé.

L'Accord général sur le commerce des services (AGCS) comprend un ensemble de règles ayant force de loi qui régissent le commerce des biens et services. Le Mode 4 de l'AGCS concerne la circulation des personnes, et en relation avec le commerce des services de santé par les personnes d'un autre pays sur une base temporaire. L'impact possible de l'AGCS sur les soins de santé est controversé. En termes de migration, certains pays vont tirer profit des accords d'envoyer leurs travailleurs de la santé à l'étranger, mais tous les pays ont la possibilité de négocier des accords. Les premières indications suggèrent que les pays sont plus susceptibles de conclure des accords pour les modes qui régissent la fourniture de services et de présence commerciale (modes 1-3), comme les hôpitaux et cliniques privés et une gamme de santé commerciale d'autres installations liées, qu'elles ne doivent prendre des engagements pour le mode 4 (5). Une autre difficulté prévue à l'AGCS est qu'il ne définit pas ce "mouvement temporaire». Cela pourrait agir comme un avantage pour les pays d'origine, en limitant la quantité de temps pendant laquelle les travailleurs de la santé peuvent obtenir des visas. Toutefois, l'AGCS va renforcer le mouvement vers l'harmonisation internationale des qualifications, qui a déjà une certaine dynamique en soins infirmiers.

Ampleur et l'impact de la fuite des cerveaux:

Pays que le capital humain contribuent à la fuite des cerveaux record rarement les caractéristiques des émigrants. En revanche, les pays enregistrent rarement les caractéristiques des émigrants. En revanche, les pays qui reçoivent les migrants, dont il ya de moins (Australie, Canada, France, Allemagne et aux États-Unis représentent 90% des flux migratoires vers les pays de l'Organisation for Economic Co-operation and Development), tenir des statistiques née à l'étranger sur les nationales et les immigrants à travers les données de recensement et les bases de données nationales sur l'éducation et des capacités scientifiques et technologiques. Immigrants aux Etats-Unis ont un niveau d'éducation supérieur à la moyenne des individus dans leur pays d'origine. En outre, la proportion de la population, la migration de pays en développement ou industrialisés, à quelques exceptions près, le plus grand parmi les plus instruits. Des incitations aux migrants de retour dans les pays en développement ont été insuffisants pour passer outre les limitations à la maison, à la fois réelle et perçue, et l'attrait des possibilités de trouver à l'étranger. Indiens Ainsi, en 2000, on estime que 1500 a produit hautement qualifiés en provenance des États-Unis, mais plus de 30 fois ce nombre quitter l'Inde chaque année. Selon le rapport 2002 World Economic Forum, le Chili et le Brésil conservent généralement leurs scientifiques et ingénieurs alors que l'Argentine et la Colombie n'en ont pas.

L'impact de la perte d'employés hautement qualifiés et bien formés individus diffère pour les pays ayant des économies de taille différente. Les économies moyennes en particulier mai sont les plus vulnérables, car la migration peut subvertir la possibilité d'atteindre une masse critique de capacités à produire et à innover de manière efficace. Bon nombre de ces pays ont réalisé d'importants investissements dans les infrastructures et l'éducation mais n'ont pas atteint le développement scientifique et technologique et la capacité d'innovation, soit de conserver ou de recouvrer le capital humain qu'ils ont généré. Cela soulève la question de savoir s'il est justifié de continuer à perdre du capital humain ou de faire les investissements supplémentaires dans les sciences et la technologie et apporter les innovations nécessaires pour arrêter la perte et la convertir en création de richesses. Bien que tous les pays, indépendamment de leur taille, doivent pouvoir utiliser les connaissances pour rivaliser sur les marchés internationaux, les petites économies mai le marché ou la population n'a pas de taille à faire l'acquisition de certaines compétences rentables, elles mai donc être moins touchée par l'émigration. D'autre part, les grandes économies mai ont de la diversité des ressources humaines et les infrastructures éducatives à surmonter les pertes résultant de l'émigration.

Stratégies pour aborder la fuite des cerveaux:

Les questions entourant la fuite des cerveaux sont complexes. Pour les pays en développement, les apprentis scientifiques qui n'ont pas renvoyé, représentent une ponction sur l'économie et sur le renforcement des capacités. À l'étranger, ils peuvent contribuer aux progrès scientifiques d'importance à leur pays d'origine et de servir de mentors pour les autres stagiaires. Continuing Medical Education (CME) les initiatives sont un exemple de ces efforts, qui peuvent être utiles aux donateurs et pays bénéficiaires de ces peines. Parmi les facteurs cités par les chercheurs de pays en développement comme des raisons pour ne pas revenir après leur formation: le manque de financement de la recherche, la médiocrité des installations, des structures de carrière sont limitées, la mauvaise stimulation intellectuelle, des menaces de violence et de manque de bonne éducation pour les enfants dans leur pays d'origine. Cependant, tous les facteurs impliqués dans la fuite des cerveaux est due à la science et la recherche de financement; certains, comme la violence et la guerre civile sont des facteurs importants pour ne pas retourner vers les pays d'origine. Les stratégies visant à gérer la migration des professionnels de la santé pour protéger les systèmes de santé nationaux seront couronnés de succès que si toutes les parties prenantes sont impliquées dans le processus. Bien que la fuite des cerveaux a indéniablement de graves effets négatifs, ces mai être inversée au profit des pays d'origine des migrants s'il est bien géré. Certaines séances de formation et les compétences acquises à l'étranger mai vraiment être plus approprié et mieux appliqués dans les pays développés que chez eux (6).

Honorer les droits de l'homme à la santé et la liberté de mouvement:

Il ya un besoin croissant de clarifier ce que nous croyons être éthiques dans le développement mondial. C'est un fait évident en ce qui concerne la migration des travailleurs de la santé, comme en témoigne la multiplication des deux codes internationaux et transnationaux de pratiques volontaires relatives aux processus entourant leur recrutement international. Convenus au niveau international sur les droits de l'homme contribuent à identifier les principes communs que nous espérons pouvoir fournir des éclaircissements sur les formes possibles que peuvent prendre les pratiques recommandées en vue d'atténuer les effets négatifs résultant de la migration des agents de santé. Un certain nombre de codes de pratiques volontaires sur la question des migrations des travailleurs de la santé suggèrent des politiques autour de l'auto-suffisance, la limitation du recrutement actif, et le placement de gouvernement agents de santé qualifiés dans les zones rurales, comme un moyen de tempérer les conséquences néfastes de la migration de la santé travailleurs. Ces pratiques proposées ont fait avancer les tensions potentielles entre le droit fondamental à la santé et le droit fondamental à la liberté de mouvement, et la nécessité d'équilibrer les deux. Le droit fondamental à la liberté de mouvement, comme le droit à la santé, est fondamental et universel. En plus d'être présent dans de nombreuses législations nationales, elle est protégée par la Déclaration universelle des droits de l'homme et le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP). L'article 12 du PIDCP dispose que «toute personne se trouvant légalement sur le territoire d'un État doit, dans ce territoire, ont le droit à la liberté de circulation". Il indique en outre que «toute personne est libre de quitter n'importe quel pays, y compris le sien». Contrairement au droit à la santé, la pleine réalisation du droit à la liberté de mouvement doit être réalisé immédiatement. Le droit à la libre circulation, tel qu'il figure dans le Pacte, a été interprétée avec autorité par le Comité des droits humains dans l'Observation générale 27 comme placer un devoir à l'État de résidence ou la nationalité de ne pas restreindre indûment la circulation interne des personnes se trouvant légalement dans le pays, ou pour placer des obstacles sur leur départ du pays (7). Critique, le droit à la liberté de mouvement ne fait pas de manière significative imposer des droits sur les pays d'accueil. Dans le contexte des migrations des travailleurs de la santé, droit humain à la liberté de mouvement est souvent considérée comme un argument contre les politiques qui pourraient imposer des restrictions sur les mouvements de main-d'œuvre.

Le mouvement international des professionnels de la santé, contrairement à d'autres aspects de la mondialisation, comme la circulation des capitaux et des marchandises, est en effet central lié aux droits de l'homme. Toutefois, le droit à la liberté de circulation est limitée au niveau international car elle ne place pas une obligation à l'Etat de résidence d'accorder l'entrée aux personnes désireuses de travailler et de séjourner sur le territoire de l'Etat d'accueil. Pour ce qui est spécifique à la migration des travailleurs de la santé, aucune obligation est mis sur les pays de destination afin de faciliter la circulation des travailleurs de la santé. En effet, il semblerait incongru devrait droit des droits de l'homme exigent une telle obligation des États d'accueil en ce qui concerne spécifiquement les travailleurs de la santé, mais un devoir qui ne pourrait autrement être prolongée pour leurs concitoyens. Les droits de l'homme à la santé et la liberté de mouvement sont fondamentaux, universels, et non seulement créer des obligations immédiates sur les États. L'existence de ces deux droits dans le cadre de la gestion des migrations des travailleurs de la santé, en particulier des recommandations qui limitent le recrutement actif ou de promouvoir des politiques d'autosuffisance dans le cadre d'un code d'éthique de la pratique, ne compromet pas la capacité d'un État à l'honneur ces deux droits. Les pays d'accueil ne portent pas de droits humains importants liés devoir de permettre ou de faciliter le mouvement des agents de santé étrangers dans ses frontières. Même là où un conflit pourrait survenir dans l'accomplissement de ces deux droits de l'homme, comme peut-être dans le cas de la liaison temporaire gouvernement national des agents de santé, de restriction à la liberté de circulation pourrait être permise en vertu de l'exception prévue à la santé publique. En somme, la tension entre les deux droits humains internationalement reconnus reste en grande partie celui de la perception plutôt que strictement dictée par le droit des droits de l'homme.

Résumé et pistes de recherches futures:

Interventions visant à améliorer la rétention nécessité d'examiner la situation locale et du contexte. Une analyse de base de facteurs influençant les choix et les préférences pour les travailleurs de localisation doivent guider l'élaboration de stratégies de fidélisation pour les zones rurales et éloignées. Interventions uniques mai ne fonctionnera pas, puisque les facteurs sous-jacents sont complexes, les interventions devront répondre à la complexité de ces facteurs. Mesures de suivi et d'évaluation devrait être construit dans la stratégie dès le début du programme. L'analyse des coûts devraient également faire partie de ces évaluations régulières. La collaboration intersectorielle est la clé dans ce domaine, où les changements dans la pratique et la réglementation seraient nécessitent des interventions d'autres secteurs, comme le travail, finances, développement local, éducation, etc

La révision initiale rapide de la littérature a montré que certaines des questions critiques pour lesquelles la recherche n'a pas encore fourni de réponses claires sont les suivants (8):

  1. Quel est le rôle des différents facteurs influençant où les choix des agents de santé de la localisation et la meilleure façon peuvent-ils être identifiés?
  2. Comment ces facteurs varient selon les cadres de travailleurs de la santé et par sexe?
  3. Quelle est l'efficacité des interventions différentes dans la localisation de personnels de santé?
  4. Comment doit-on les interventions de conservation efficaces soient conçus et mis en œuvre pour améliorer la dotation des établissements de santé en milieu rural?
  5. Quels sont les cadres réglementaires doivent être en place pour la conception et la mise en œuvre des paquets de rétention, comme par exemple des augmentations de salaire, produisant différents types de travailleurs de la santé, ou à une exigence de service obligatoire?
  6. Comment mesurer l'impact des stratégies de rétention être mesurée et évaluée?

Graves pénuries de main et la répartition inégale des personnels de santé dans et entre les pays en montant à une crise mondiale du personnel de santé. Pour aider à remédier à cette crise mondiale de la Santé (OMS) mène des efforts pour gérer les migrations internationales et de motiver les agents de santé à rester dans leurs lieux de travail. Les autres priorités incluent le soutien à l'éducation et de formation pour les travailleurs de la santé, le renforcement des capacités de gouvernance, et un accent particulier sur les infirmières et sages-femmes. L'organisation met à profit son expérience et à travers le monde via un réseau professions de la santé. Les résolutions de l'OMS sur la migration (WHA57.19) et une amplification rapide des agents de santé (WHA59.23) demander aux États membres de mettre en place des mécanismes qui visent à améliorer la rétention des travailleurs de la santé. Très récemment, la Déclaration de Kampala, a appelé les gouvernements à «assurer des incitations adéquates et un environnement favorable et de travail sûr pour la conservation efficace et une répartition équitable des personnels de santé". C'est dans ce contexte que l'OMS a entamé un processus visant à élaborer des recommandations factuelles qui conseillera les pays à répondre aux questions critiques de la rétention et la distribution équitable des agents de santé. Les recommandations éventuelles de l'OMS sera informé par des recherches et des analyses de données sur les interventions existantes, par une série d'études de cas par pays et par des consultations avec des experts et des intervenants concernant l'efficacité des stratégies visant à améliorer la rétention.

Note de l'éditeur:

Compte tenu de la nature sans frontière de la maladie et la nature internationale et interdisciplinaire de la recherche scientifique actuelle, les collaborations internationales sont essentiels pour aborder les questions de santé mondiale. Scientifiques formés sont nécessaires dans chaque partie du monde. Les questions entourant la fuite des cerveaux sont complexes. Fournir des équipements, l'accès à des journaux et l'Internet, et RE petites subventions entrée semblent être des stratégies pratiques qui pourraient faciliter la poursuite des recherches dans les pays à faible revenu. Des mesures peu coûteuses telles que les réseaux de soutien à la rédaction des demandes de subvention et le mentorat sont aussi des stratégies utiles. Comment peut intéresser la recherche et le financement dans les pays en développement soient soutenus afin d'attirer l'exode des cerveaux? Gouvernance des institutions locales de recherche, les perceptions de l'équité de l'optimisme général académique et les possibilités de progression de carrière, concernant les progrès dans le pays dans son ensemble et les perspectives pour les familles et l'avenir des enfants sont des facteurs importants pour déterminer si les professionnels de rester à la maison.

Références:

  1. Orvill Adams & Barbara Stilwell. Health professionals and migration. Bull World Health Organ 2004:82;560
  2. United Nations Population Division. Populations Database 2002
  3. Meija A, Pizurki H, Royston E. Physician and nurse migration: analysis and policy implications. Geneva: World Health Organization; 1979
  4. Buch J, Parkin T, Sochalski J. International nurse mobility: trends and policy implications. Geneva: World Health Organization; 2003. WHO document WHO/EIP/OSD/2003
  5. Neilson J. Movement of People and the WTO. Available from: http://www.oecd.org/dataoecd/48/41/1960878.pdf (OECD working paper on migration). Accessed 30 November 2009
  6. Delanyo Dovlo. Managing the return and retention of national intellectual capacity. Bull World Health Organ 2004;82:620-621
  7. Backman G, Hunt P. Health Systems and the Right to Health: An Assessment of 194 Countries Lancet; 2008;372:2047-2085
  8. WHO. Increasing access to health workers in remote and rural areas through improved retention. Background paper for the first expert meeting to develop evidence-based recommendations to increase access to health workers in remote and rural areas through improved retention Geneva, 2-4 February, 2009. Accessed on 1 December 2009 http://www.who.int/hrh/migration/rural_retention_background_paper.pdf

© Le Centre pour la Santé et Éducation des Femmes