Flags

Le Centre pour la Santé et Éducation des Femmes

Les Maladies Infectieuses dans la Grossesse

Imprimer l'articlePartagez l'article

H1N1 d'influenza pendant la grossesse

WHEC Bulletin de pratique et de directives cliniques de gestion pour les fournisseurs de soins de santé.
La concession éducative a fourni par Women's Health and Education Center (WHEC).

Les données actuelles de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) donne à penser que le virus A/H1N1 de la grippe (peste grippe) pandémique est maintenant inévitable et irréversible. Preuve démontre la propagation du virus H1N1 de nouveaux survenus en moins de six semaines au lieu de six mois, comme dans les pandémies passées. Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des premiers cas identifiés de l'infection des voies respiratoires avec une nouvelle grippe A (H1N1) du virus dans les Etats-Unis le 15 avril et 17 mai 2009. Au cours des épidémies de grippe saisonnière et les pandémies précédentes, les femmes enceintes présentent un risque accru de complications liées à l'infection grippale. En outre, la protection maternelle infection par le virus de la grippe et d'accompagnement des fœtus hyperthermie place à risque de complications telles que des malformations congénitales et la prématurité. Dans le cadre de la surveillance de l'infection par le roman de l'influenza A (H1N1), les CDC ont entrepris une surveillance des femmes enceintes qui ont été infectées par le virus du roman. En date du 10 Mai 2009, un total de 20 nouveaux cas de grippe A (H1N1) infection par le virus ont été signalés chez les femmes enceintes aux États-Unis, dont 15 cas confirmés et cinq cas probables. Parmi les 13 femmes de sept pays pour lesquels des données sont disponibles, l'âge médian était de 26 ans (extrêmes: 15-39 ans), trois femmes ont été hospitalisées, dont un est décédé. Le défi de ces virus présenter à la communauté des soins de santé, c'est qu'ils sont pratiquement impossibles à distinguer de l'autre basée uniquement sur les symptômes. Un diagnostic exact dépend d'un test en laboratoire, dans la plupart des cas.

Ce document fournit un examen de la nouvelle grippe A (H1N1) infection du virus chez les femmes enceintes. Les femmes enceintes atteintes confirmés, probables ou suspects de grippe A (H1N1) infection par le virus doivent recevoir un traitement antiviral. Compte tenu de la possibilité d'une aggravation rapide de la maladie, un suivi étroit est recommandé. Le prestataire de soins de santé devraient prescrire un traitement intention de contacter les patients sous traitement dans les 24 premières heures de thérapie pour évaluer la réponse. Cet avis s'ajoute à une masse croissante de données qui supporte la notion que les femmes enceintes mai être à la fois sensibles et à présenter des symptômes plus graves de la grippe H1N1 que ce qui est vu chez les patients non enceintes (1).

Contexte:

Les infections humaines avec un roman de l'influenza A (H1N1) qui est facilement transmissible entre les humains ont d'abord été identifié en avril 2009. Des maladies graves chez les femmes enceintes et les nourrissons ont été signalés dans cette éclosion. Bien que l'épidémiologie et le spectre de la maladie chez les femmes enceintes et les nourrissons ne sont pas totalement élucidés à ce jour et sont sous enquête. Toutefois, la preuve que la grippe peut être plus grave chez la femme enceinte est disponible à partir des observations lors des pandémies précédentes et des études chez les femmes enceintes ayant eu la grippe saisonnière (2). Un excès de décès associés à l'influenza chez les femmes enceintes ont été signalés au cours des pandémies de 1918 - 1919 et 1957 - 1958. Les résultats défavorables de la grossesse ont été rapportés après précédentes pandémies de grippe, avec un taux accru d'avortement spontané et de naissances prématurées signalées, en particulier chez les femmes avec une pneumonie. Les rapports de cas et plusieurs études épidémiologiques menées au cours de périodes d'inter-pandémique indiquent aussi que la grossesse augmente le risque de complications de l'influenza pour la mère et pourrait accroître le risque d'effets indésirables ou des complications périnatales livraison.

Negative-taché microscopie électronique en transmission de décrire certains des morphologie ultra-structurale de la grippe porcine A/CA/4/09 (H1N1).
Negative-taché microscopie électronique en transmission de décrire certains des morphologie ultra-structurale de la grippe porcine A/CA/4/09 (H1N1).

Présentation clinique:

La pandémie de grippe H1N1 est d'avoir des effets profonds, avec un large éventail de présentations de la maladie. Syndrome grippal est défini comme la fièvre et la toux ou un mal de gorge. Les autres symptômes communs incluent la rhinorrhée, mal de tête, essoufflement, et des myalgies, des vomissements et la diarrhée (3). Bien que de nombreux patients entrent dans cette catégorie, surtout si présumée traitée. Modérément les patients atteints de la grippe mai s'aggraver rapidement. Infections d'influenza A dans la grossesse ont été associés à des complications maternelles et néonatales, y compris les accouchements prématurés, de naissances prématurées, la pneumonie, syndrome de détresse respiratoire, et plus grave, écrasante maladie de la mère et la mort. Le taux d'hospitalisation pour H1N1 chez les femmes enceintes est nettement supérieur à celui des femmes non enceintes.

Étant donné la nature hautement contagieuse du virus H1N1, notre recommandation est d'évaluer les patients symptomatiques, et les isoler des autres patients enceinte. Coffre-fort de triage téléphonique est fortement tributaire de cette population de patients, leur accès aux soins de santé, et leur capacité de suivi fiable. Téléphone tri devraient être utilisés très prudemment avec un seuil bas pour l'évaluation en personne, de préférence dans une clinique de médecine générale ou de soins d'urgence ou d'un département d'urgence avec obstétriques consulter. Tout patient présentant des symptômes obstétriques devraient être évalués sur le travail et unité de distribution, un masque doit être porté par le patient et immédiate de gouttelettes respiratoires précautions doivent être prises. Les facteurs de risque pour les maladies graves, qui ont aussi été notés chez les patients non enceintes comprennent: l'obésité, le faible statut socio-économique, le tabagisme actif ou passées, la gestation du troisième trimestre, et la maladie cardiaque sous-jacente (4). Contrairement aux précédentes épidémies de grippe, les enfants, les jeunes adultes et les patients obèses ont été largement rapporté à supporter un fardeau disproportionné de maladies causées par la grippe H1N1. Les femmes enceintes, cependant, ont été connus pour être à risque accru avec les épidémies de grippe antérieures, est comme on le voit cette pandémie de la maladie de H1N1.

Questions de diagnostic:

Les virus sont, si rien d'autre, imprévisible. Le froid 2008-2009 et saison de la grippe a été suivi pour être un relativement doux une - jolie sans incidents, sauf pour la circulation de l'oseltamivir (Tamiflu)-souche résistante de la grippe. Et puis le mois d'avril nous introduit à 2009 de l'influenza A H1N1, ou grippe porcine. Avec l'émergence de nouveaux pathogènes, tels que le virus H1N1 de nouveaux antiviraux et résistant, il est de plus en plus important pour nous de poser un diagnostic précis des patients afin de mieux surveiller les virus circulant dans nos établissements de santé et les communautés. Avantages de la détection précise des virus respiratoires comprennent: l'amélioration des soins aux patients, l'utilisation réduite de médicaments inutiles, diminution des procédures médicales et des dépenses, la prévention des infections nosocomiales.

Au cours de la saison grippale, les essais devraient se produire dans les personnes suivantes si le résultat va influencer la gestion clinique (5):

  • Ambulatoire des personnes immunocompétentes de tout âge à risque élevé de développer des complications de la grippe (par exemple, hospitalisation ou décès) présentant des symptômes respiratoires fébriles aiguës, dans les 5 jours après l'apparition de la maladie, lorsque le virus est généralement versé;
  • Les personnes immunodéprimées ambulatoires de tout âge présentant des symptômes respiratoires fébriles, indépendamment du temps écoulé depuis l'apparition de la maladie, parce que les personnes immunodéprimées peuvent excréter des virus grippaux depuis des semaines ou mois;
  • Les personnes hospitalisées de tous âges (immunocompétents ou immunodéprimés) avec de la fièvre et des symptômes respiratoires, y compris ceux avec un diagnostic de la pneumonie communautaire, indépendamment du temps écoulé depuis l'apparition de la maladie;
  • Les personnes âgées et les nourrissons présentant une infection suspectée ou une fièvre d'origine inconnue, indépendamment du temps écoulé depuis l'apparition des maladies;
  • Enfants souffrant de fièvre et des symptômes respiratoires présentant une évaluation médicale, indépendamment du temps écoulé depuis l'apparition des maladies;
  • Les personnes de tout âge qui développent une fièvre et des symptômes respiratoires après l'hospitalisation, indépendamment du temps écoulé depuis l'apparition de la maladie;
  • Personnes immunocompétentes avec des symptômes respiratoires fébriles aiguës qui ne sont pas à risque élevé de développer des complications secondaires à l'infection grippale mai être testés à des fins d'obtenir des données de surveillance local.

À tout moment de l'année, les essais doivent se produire pour les personnes suivantes:

  • Soins de santé personnel, les résidents ou les visiteurs dans une institution connaît une épidémie de grippe qui se présentent avec des symptômes respiratoires fébriles dans les 5 jours après l'apparition de la maladie;
  • Les personnes qui sont épidémiologiquement liés à une éclosion de grippe (par exemple, des ménages et des contacts étroits avec des personnes soupçonnées d'influenza, est retourné voyageurs en provenance de pays où des virus grippaux circulant mai, les participants à des rassemblements de masse international, et les passagers des bateaux de croisière), qui se présentent dans les 5 jours après l'apparition de la maladie.

Les tests de diagnostic:

Aujourd'hui, nous avons une multitude d'outils à notre disposition pour identifier les virus respiratoires. Jusqu'à récemment, les méthodes disponibles pour détecter et identifier des virus respiratoires ont été trop lents et encombrants qu'ils deviennent des outils précieux. Dans les deux dernières années, toutefois, plus rapide et plus précis des tests ont été introduit. Les méthodes d'analyse disponibles sont les suivants:

  1. Cell Culture: c'est l'approche la plus classique pour identifier des virus respiratoires où les cellules sont cultivées en conditions contrôlées. Bien que les preuves pour être précis, le test peut nécessiter jusqu'à 14 jours pour les résultats.
  2. Immunofluorescence directe (DFA): il s'agit d'un test de laboratoire qui utilise des anticorps par un colorant fluorescent pour détecter la présence de virus. Ce test ne détecte pas toute la gamme de virus qui causent généralement des maladies respiratoires, manque d'une grande sensibilité, et ne peut pas indentifier les doubles infections. Toutefois, elle peut avoir une sensibilité équivalente à une culture virale (98%) lors d'un échantillon adéquat sont collectées (6).
  3. Dosage immuno-enzymatique (EIA): ces techniques sont des méthodes traditionnelles que les travaux de détecter l'antigène viral, mais les méthodes de l'EIE sont disponibles que pour un nombre limité d'agents pathogènes.
  4. Test rapide de pathogènes: test rapide de la grippe sont les plus communs des tests rapides. Largement disponibles et généralement facile à utiliser, les tests rapides utiliser des anticorps pour détecter la protéine du virus. Ces tests peuvent donner des résultats en quelques minutes et sont peu coûteux; sans utiliser beaucoup de soin dans l'exécution de l'essai, notamment pour diagnostiquer H1N1, les résultats peuvent être biaisés. La sensibilité des tests de détection rapide des antigènes a été rapporté que de 30% avec une spécificité aussi bas que 58% dans certaines études (6).
  5. Polymerase Chain Reaction (PCR): c'est une technique qui reproduit et analyse une courte séquence d'ADN afin de détecter les virus. Sensibles et spécifiques, PCR-tests basés peut détecter les virus respiratoires et peuvent identifier avec précision un certain nombre de virus respiratoires ainsi que de détecter les infections à double et triple (6). Ces tests peuvent prendre plusieurs heures à courir, mais la plupart peuvent fournir des résultats en moins de 24 heures.

Il n'y a aucune preuve que des tests répétés à indiquer la présence ou l'absence d'excrétion virale continue est indiquée si le patient s'améliore sur le plan clinique. Compte tenu de ces caractéristiques des tests et le potentiel de maladie agressive et sévère, notre recommandation est, un indice a augmenté de suspicion de la grippe H1N1 chez les femmes présentant un syndrome grippal pendant la grossesse, même avec détection rapide des antigènes négatifs ou contrôle direct immunofluorescence. Pendant la saison de la grippe à venir, alors que l'incidence du virus H1N1 est prévu pour être élevés, les patients avec un syndrome grippal pendant la grossesse devraient être diagnostiqués et traités par présomption sur la base des seuls symptômes.

La vaccination antigrippale pendant la grossesse:

La vaccination antigrippale est un élément essentiel des soins prénataux. Le Collège américain des obstétriciens et gynécologues (ACOG) Commission de l'obstétrique pratique soutient les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) 's élargi recommandation que les femmes qui seront enceintes durant la saison de la grippe (Octobre jusqu'à la mi Mai) doivent être vaccinés (7 ). Le moment idéal pour administrer le vaccin est Octobre et Novembre, mais il convient de vacciner les patients tout au long de la saison grippale tant que l'approvisionnement en vaccins dure. Cette voie intramusculaire, le vaccin inactivé mai être utilisé dans toutes les 3 trimestres. Une étude de la vaccination antigrippale de plus de 2.000 femmes enceintes n'a montré d'effets indésirables associés à la vaccination du fœtus de la grippe (7). Tout risque théorique de la vaccination est hors-pondérés par ses avantages. De même, les avantages du vaccin l'emportent sur les préoccupations non prouvées potentiels sur les traces de thimérosal conservateur, qui n'existent que dans les flacons multidoses. Il convient de noter que le vaccin intranasal spray contient un virus vivant atténué et ne doit pas être utilisé pendant la grossesse.

Le CDC a énuméré les femmes enceintes comme un groupe prioritaire pour la vaccination, avec les enfants et les travailleurs de la santé. Les autorités de santé publique s'efforcent de rendre le vaccin disponible pour la distribution et l'administration de Octobre 2009. Les praticiens devraient mettre en œuvre des programmes de vaccination pour leurs patients que le vaccin pour la souche H1N1 de la grippe est disponible. Vaccination des femmes enceintes confère également une protection à leurs enfants, ce qui est important, car l'examen des nourrissons âgés de 0-6 mois ne réagissent pas au vaccin contre la grippe. L'allaitement n'est pas une contre-indication à la vaccination. Les antiviraux ne doit pas être utilisé comme un substitut à la vaccination antigrippale.

Gestion:

Dans tous les paramètres cliniques, y compris les paramètres qui fournissent des soins aux femmes enceintes, les patients doivent être examinés pour des signes et des symptômes de maladie respiratoire fébrile au point de contact initial, et ces patients doivent être immédiatement isolé et évalué. Paramètres cliniques ambulatoires et main d'oeuvre et les unités de prestation devrait élaborer et appliquer des procédures pour le traitement des patients atteints de maladies respiratoires et des amis ou des membres de la famille qui pourraient les accompagner. Les femmes enceintes qui sont en contact étroit avec une personne qui a une confirmés, probables ou cas suspect doivent recevoir un cours de 10 jours de la chimioprophylaxie avec zanamivir ou oseltamivir. Pour la chimioprophylaxie chez la femme enceinte, un anti-médication préférée de grippe n'a pas été déterminée. Bien que le zanamivir pourrait présenter l'avantage de l'absorption systémique plus limitée, des symptômes respiratoires comme la toux ou la congestion nasale sévère pourrait limiter son utilité en raison de son itinéraire par inhalation de l'administration.

L'oseltamivir est le traitement de choix pour les femmes enceintes, et le traitement médicamenteux doit être initié dans les 48 heures suivant l'apparition des symptômes, si possible (8). Les femmes enceintes qui sont en contact étroit avec une personne confirmée, probable ou suspect de grippe roman A (H1N1) infection devraient recevoir un cours de 10 jours de la chimioprophylaxie avec zanamivir ou oseltamivir. Le roman de l'influenza A (H1N1) qui circule est sensible à l'inhibiteur de la neuraminidase des médicaments antiviraux, l'oseltamivir et le zanamivir. En randomisées, contrôlées versus placebo chez les consultants, ces médicaments ont permis de réduire la sévérité et la durée des symptômes de la grippe saisonnière si commencé dans les 48 heures suivant l'apparition des maladies et des données limitées provenant d'études d'observation chez les patients hospitalisés pour la grippe saisonnière indiquent que l'oseltamivir peut réduire la mortalité , même lorsqu'il est démarré> 48 heures après l'apparition de la maladie. En outre, l'oseltamivir et le zanamivir ont été très efficaces dans la prévention de la grippe saisonnière s'ils sont administrés rapidement après l'exposition à la maladie. Peu d'informations sont disponibles sur l'innocuité ou l'efficacité de ces médicaments lorsqu'ils sont utilisés pendant la grossesse. Toutefois, compte tenu des informations limitées disponibles et les risques connus pour des complications de l'influenza pendant la grossesse, tout risque potentiel pour le fœtus est susceptible compensés par les avantages attendus de la grippe Le traitement antiviral pour ce nouveau virus. Ainsi, le CDC d'orientation provisoire indique que les femmes enceintes ayant confirmé, probable ou suspect de grippe roman A (H1N1) infection par le virus devraient recevoir un traitement antiviral pendant 5 jours.

L'oseltamivir, un inhibiteur de la neuraminidase, interdit virions fils d'être libéré par les cellules infectées (9). La dose standard pour adulte pour l'influenza A est de 75 mg deux fois par jour pendant 5 jours. D'autres considérations pour le dosage de l'oseltamivir dans la grossesse comprennent l'augmentation du taux de filtration glomérulaire habituellement observée dans la grossesse. Peu de données existent quant à l'effet de la physiologie normale de la grossesse sur les concentrations plasmatiques de ce médicament. Cependant, parce que ce médicament est éliminée par le rein, il est plausible que la baisse des concentrations circulantes de la drogue mai être observée chez les femmes enceintes. Chez les patients gravement malades nécessitant une ventilation assistée, ces données ont contribué à orienter la pratique d'augmenter l'oseltamivir de dosage à 150 mg deux fois par jour, par voie orale pour un total de 10 jours. Ce schéma posologique accrue est uniquement utilisée pour les patients présentant une ou développer une maladie grave (9).

Les orientations actuelles des CDC sont les suivantes:

Groupe d'agents Traitement Chimioprophylaxie
Oseltamivir
Adulte
75-mg gélule deux fois par jour pendant 5 jours 75-mg capsule une fois par jour pendant 10 jours
Zanamivir
Adultes
Deux inhalations 5 mg (10 mg au total) deux fois par jour pendant 5 jours Deux inhalations 5 mg (10 mg au total) une fois par jour pendant 10 jours

Même si le zanamivir peut être utilisé pendant la grossesse, l'oseltamivir est préférable pour le traitement des femmes enceintes en raison de son absorption systémique. Théoriquement, une plus grande absorption systémique peut supprimer les charges virales de la grippe de façon plus efficace dans des sites autres que le système respiratoire (par exemple, le placenta) et pourraient fournir une meilleure protection contre la transmission mère-enfant. Semblable à la recommandation pour les personnes non enceintes qui sont traités, le traitement à l'oseltamivir doit être initié dès que possible, idéalement dans les 48 heures suivant l'apparition des symptômes (1) (3). En outre, toute femme enceinte hospitalisée avec confirmés, probables ou suspects grippal A (H1N1) infection par le virus devraient recevoir l'oseltamivir, même si> 48 heures se sont écoulées depuis le début de la maladie. Le début du traitement le plus tôt possible est essentiel. En outre, le traitement des fièvres chez les femmes enceintes avec de l'acétaminophène est important parce que l'hyperthermie maternelle a été associée à divers effets indésirables foetale et néonatale.

Les complications maternelles et foetales de la grippe:

En phase aiguë chez les femmes enceintes les complications suivantes ont été rapportés: syndrome de détresse respiratoire, super-imposé une pneumonie bactérienne, insuffisance rénale, embolie pulmonaire, et la mort maternelle. La ventilation minute ont augmenté, la réduction des volumes courants et une diminution de la capacité résiduelle fonctionnelle de la physiologie de la grossesse normale laisser moins de capacité de réserve pour cause de stress significatif sur la fonction pulmonaire. Bien que les perturbations du système immunitaire à la grossesse qui mai rendre compte de la gravité accrue des maladies sont mal connues, pose de recherches récentes qui cyto-toxique T-cellules et des modifications des cellules dendritiques mai aider à expliquer les changements observés dans la réponse immunitaire systémique maternelle (10). Surcharge de volume importants peuvent contribuer à une aggravation de l'état respiratoire. La diminution de la pression oncotique colloïdale dans le troisième trimestre de patients normaux gravide par rapport à la normale chez les patients non gravides soutient la propension accrue à de graves complications respiratoires pendant le troisième trimestre. Diminution de la pression oncotique prédispose les femmes gravides à développer un œdème pulmonaire. Une attention particulière à l'état liquide et la diurèse agressive améliore considérablement l'état respiratoire chez les patients. Événements thrombo-embolie veineuse ont également été signalés dans les rapports de cas et méritent une attention particulière chez la femme enceinte et du post-partum dans un état critique comme une hypercoagulabilité physiologique aggravé par l'immobilisation prédispose à ces patients de cette complication (3).

A cette époque il n'y a eu aucun cas rapporté de transmission placentaire du virus. Complications fœtales sont liées à des perturbations dans la physiologie de la mère et de la réponse accompagnée de stress fœtal. Il peut s'agir de rupture prématurée des membranes, de prématurité travail et l'accouchement prématuré. Fièvre aiguë et de l'hypoxie peut être associée à une tachycardie fœtale, la variabilité minime et tardive de la décélération du rythme cardiaque fœtal. En gravement malades, l'administration précoce de stéroïdes pour la maturité des poumons du foetus est recommandée, car le potentiel de la prématurité est élevé (9). Pour les patients présentant une maladie légère, antipyrétiques et un suivi étroit pour assurer la réponse au traitement sont recommandées.

Considérations d'alimentation du nourrisson:

Les nourrissons qui n'allaitent pas sont plus vulnérables à l'infection et l'hospitalisation pour maladie respiratoire sévère que les nourrissons qui allaitent. Les femmes qui ne sont pas atteints de la grippe devraient être encouragés à initier l'allaitement précoce et nourrir fréquemment. Idéalement, les bébés devraient recevoir plus de leur alimentation à base de lait maternel. Éliminer la supplémentation en formule inutile, si l'enfant ne peut recevoir autant que possible des anticorps maternels. Les bébés sont jugés plus à risque pour des maladies graves de la grippe roman A (H1N1) infection et on sait très peu sur la prévention de l'infection à H1N1 de la grippe roman chez le nourrisson (1) (3). Si possible, seulement les adultes qui ne sont pas malades devraient garderie pour les nourrissons, y compris fournir les tétées. Le risque pour grippal A (H1N1) de transmission par le lait maternel est inconnue. Toutefois, les rapports de la virémie à l'infection de la grippe saisonnière sont rares, ce qui suggère que le risque de passage du virus dans le lait maternel est aussi probablement rares. Femmes malades qui sont capables d'exprimer leur lait pour les tétées bouteille par un membre de la famille en bonne santé doivent être encouragés à le faire. Des médicaments antiviraux traitement ou la prophylaxie n'est pas une contre-indication à l'allaitement maternel. On comprend mieux à l'hygiène des mains et la toux est essentielle, particulièrement pour les femmes malades qui n'ont personne pour aider à la garde des nourrissons alors qu'ils sont malades. Les femmes ayant un syndrome grippal est recommandé d'utiliser des masques lors de la fourniture de soins aux nourrissons et les tétées. Charger des parents et des gardiens sur la façon de protéger leur bébé contre la propagation des germes, comme la grippe A (H1N1) du virus, qui causent des maladies respiratoires:

  • Pratiques d'hygiène des mains et la toux, à tout moment
  • Garder le bébé l'écart des personnes qui sont malades et en dehors des zones encombrées.
  • Limiter le partage des jouets et autres articles qui ont été dans la bouche du nourrisson. Bien se laver avec du savon et l'eau tous les éléments qui ont été dans la bouche du nourrisson.

H1N1 de la grippe et de préparation en santé publique:

En 2009 Décembre, le ministère de la Santé et des Services sera présent au Congrès, sa toute première stratégie de sécurité nationale de la santé, décrivant les activités prioritaires et les domaines d'investissement pour renforcer la capacité des États-Unis de préparer, d'y répondre, et récupérer auprès de grandes urgences de santé publique à grande échelle. Heureusement, la stratégie est développée en parallèle avec un débat national sur la réforme des soins de santé, car la sécurité sanitaire nationale ne sera pas réalisable sans les éléments clés de la réforme. Ces éléments comprennent: un accent sur la prévention efficace et bien-être, l'accès universel aux soins nécessaires, le déploiement généralisé des technologies de l'information sur la santé, les changements dans l'organisation et le paiement des soins et la recherche sur l'efficacité comparée. La détection précoce d'une nouvelle maladie infectieuse - et éventuellement la survie de ceux qui sont infectés - exige que les personnes malades ont accès au système de soins de santé et de recevoir un traitement précoce. Retards dans la demande de soins peuvent conduire à des retards dans la reconnaissance et le contrôle de l'épidémie et dans le traitement des patients. En effet, les experts ont émis l'hypothèse que l'une des raisons de la mortalité associée à l'épidémie actuelle de grippe d'origine porcine-A (H1N1) (S-OIV) a été si élevé au Mexique, c'est que beaucoup de gens ont pris du retard dans la recherche de soins, en partie à cause de son coût (11). Aux États-Unis, le manque d'assurance maladie est une des causes principales des retards dans la demande de soins, la réforme des soins de santé qui se traduit par une couverture universelle de faciliter une détection plus précoce de nouvelles maladies, permettre lutte contre la pandémie d'efforts sont nécessaires pour être engagée, et soulager la vulnérabilité de la population qui est attribuable à des soins de retard.

Dans le cas d'une urgence à grande échelle de la santé telles qu'une pandémie de grippe, le système de soins de santé connaîtront une demande sans précédent. Déterminer la façon de conserver, et de payer pour la capacité de "poussée" à un tel événement est un aspect crucial de la préparation de santé: il est particulièrement difficile, toutefois, car une façon d'atteindre le rapport coût-but de l'endiguement de la réforme des soins de santé est de passer soins de coûteux des patients hospitalisés à la mise en ambulatoire moins coûteux (12). De nouvelles approches, y compris les principes d'auto-triage, les dispositifs de surveillance à distance et la télémédecine, le soutien de tels revirements dans la prestation des soins. La recherche suggère que le renforcement des excès de service d'urgence et des capacités d'hospitalisation comme une sorte de police d'assurance-mai ne pas être une approche saine et ne fera qu'augmenter les dépenses de soins de santé. Actuellement, nous sommes loin de l'affectation de nos ressources avec une efficacité maximale, même en l'absence d'une urgence à grande échelle. Une stratégie de sécurité sanitaire des États-Unis auront besoin de s'appuyer sur, et tirer pleinement parti des composantes essentielles d'une réforme du système de soins de santé.

Résumé:

Les infections respiratoires virales sont des causes importantes de morbidité et de mortalité maternelles. Missed infections peuvent causer d'autres complications médicales, des infections nosocomiales, et des séjours prolongés à l'hôpital, ce qui contribue aux coûts des soins de santé inutiles ainsi qu'une augmentation de la morbidité et la mortalité. Diagnostic inexact, entraînant une surutilisation de médicaments est également une préoccupation particulière. L'identification précise de l'agent pathogène - ou d'agents pathogènes - infecter un patient est essentielle afin de prendre des mesures cliniques efficaces, contenir la propagation de l'infection, et de contribuer aux efforts de surveillance de santé publique. La vaccination contre la grippe mai être utilisé dans toutes les 3 trimestres. La rareté des données concernant le profil de sécurité de l'oseltamivir pendant la grossesse et l'allaitement fait un sur-traitement des femmes enceintes et femmes allaitantes peu attrayante. Toutefois, à la lumière de la gravité des maladies graves et de la morbidité et la mortalité qui complique les cas graves, nous vous suggérons de suivre le Center for Disease Control and Prevention (CDC) 's recommandations et considèrent que les avantages l'emportent sur les inconvénients théoriques du traitement chez cette population . Idéalement, le traitement doit être initié dans les 48 premières heures de symptômes de la grippe pour le bénéfice maximal. Ni les résultats négatifs du test rapide, ni doux présentations initiales devrait retarder le traitement. Toutes les femmes enceintes atteintes de la grippe présumée doit être prescrit un traitement à l'oseltamivir. Traitement ne doit pas être retenu chez les patients gravides qui représentent une maladie fébrile à l'influenza à l'extérieur de la fenêtre de 48 heures, car le traitement, même à un stade ultérieur mai prévenir les complications plus graves comme la pneumonie bactérienne. Avec la bonne approche, la réforme des soins de santé pourrait faciliter des améliorations considérables dans notre capacité à intervenir et à rétablir des situations d'urgence sanitaire de grande envergure, telle qu'une pandémie de grippe H1N1.

Suggestions de lecture:

  1. World Health Organization (WHO)
    Vaccins contre la grippe pandémique: situation actuelle
  2. Centers for Disease Control and Prevention (CDC)
    Femmes enceintes et aux nouveaux Influenza A (H1N1): Examen pour les cliniciens
  3. National Institutes of Health (NIH)
    H1N1 (grippe porcine)

Références:

  1. Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Intensive-care patients with severe novel influenza A (H1N1) virus infection -- Michigan, June 2009. MMWR Morb Mortal Wkly Rep 2009;58:749-752
  2. Thompson WW, Shay DK, Weintraub E, et al. Mortality associated with influenza and respiratory syncytial virus in the United States. JAMA 2003; 289:179-186
  3. Centers for Disease Control and Prevention. H1N1 flu. Available at: http://www.cdc.gov/h1n1flu/surveillanceqa.htm Accessed on September 30, 2009
  4. Jamieson DJ, Honein MA, Rasmussen SA et al. H1N1 influenza virus infection during pregnancy in USA. Lancet 2009;374:451-458
  5. Fiore AE, Shay DK, Broder K, et al. Prevention and control of influenza: recommendations of the Advisory Committee on Immunization Practices (ACIP), 2008. MMWR Recomm Rep 2008; 57(RR-7):1--60
  6. Ruest A, Michaud S, Deslandes S et al. Comparison of the Directigen flu A+B test, the QuickVue influenza test, and clinical case definition to viral culture and reverse transcription-PCR for rapid diagnosis of influenza virus infection. J Clin Microbiol 2003;41:3487-3493
  7. ACOG Committee on Obstetric Practice. ACOG committee opinion number 305, November 2004. Influenza vaccination and treatment during pregnancy. Obstet Gynecol 2004;104:1125-1126
  8. Ward P, Small I, Smith J et al. Oseltamivir (Tamiflu) and its potential for use in the event of influenza pandemic. J Antimicrob Chemother 2005;55suppl:5-21
  9. Saleeby E, Chapman J, Morse J et al. H1N1 influenza in pregnancy; cause for concern. Obstet Gynecol 2009;114:885-891
  10. Gonzalez JM, Ofori E, Burd I et al. Maternal mortality from systemic illness: unraveling the contribution of the immune response. Am J Obstet Gynecol 2009;200:430.e1-8
  11. Lacy M, Malkin E. First flu death provides clues to Mexico toll. New York Times April 30, 2009
  12. Lurie N. H1N1 influenza, public health preparedness, and health care reform. N Engl J Med 2009;361:843-845

Publié: 8 October 2009

Women's Health & Education Center
Dedicated to Women's and Children's Well-being and Health Care Worldwide
www.womenshealthsection.com